Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 07:49

Rediffusion de 2007:

Dans la brume, on ne voit rien
On ne voit même pas l'essentiel
On marche avec ce goût de rien
On traîne sur le chemin, misericordieux
On cherche même l'aide de Dieu
Et la nuit est douce comme le miel
Elle rappèle le goût de tes lèvres
Et aussi celui de ta peau.
Je voudrais m'arrêter à jamais
Ne plus chercher cette route perdue
Ne plus chercher ta trace, partout
Oublier qu'il est possible d'aimer
L'amour est une éternelle trahison,
Ce n'est pas faute de connaître la chanson!
Dans la brume, non, on ne voit rien,
Il y a juste cette odeur pestilentielle
Qui rappèle que rien n'est éternel
Sauf le chagrin, qui damne certain
Comme moi, sur ce chemin,
Qui usé, te tend la main
Mais où es-tu?


à Papa....(+01/01/09)

Partager cet article
Repost0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 09:12

Dans la vie, y'a toujours quelqu'un qui part
Dans la vie, y'a toujours ces départs.
Ces gens qui s'en vont, ces au-revoir,
Dans la vie, y'a toujours quelqu'un qui part.

"C'est la dernière fois qu'on fait ceci"
"C'est la dernière qu'on fait cela"
Qui ne s'est jamais dit ça?

"Bon ça y est faut y aller
On doit reprendre la route
Dans la vie faut pas pleurer"

"On se reverra peut-être?
C'est notre dernier dîner à deux,
Là bas c'est peut-être mieux?"

On passe nos vies à se séparer
Il y a partout des enfants, des amis
De la famille, un amant aussi?
Des gens qu'on laisse sur le bas côté
Pour mieux s'en aller
Tout part tout l'temps....
Dans la vie, y'a toujours quelqu'un qui part. 

Madine 2010 (c) les Fleurs sauvages ne meurent jamais

Je ne sais pas si parmi vous il y a des fans de JJ Goldman (Comme moi) mais si tel est le cas je vous invite à soutenir la cause d'une amie qui milite pour son retour  cliquez ici        link

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 22:45
Toujours pas de nouvelles de toi
Où es-tu mon Amour?
Quels sont ces sombres jours
Accablé sans ta lumière
Où te caches-tu sur cette terre?
Pourquoi ce maudit silence?
Est-ce une de ces expériences?
Je ne comprends cet amour là,
Celui qui m'éloigne de toi,
De la chaleur de tes bras,
Pendu, aux attentes de sonneries
Mon amour dans les airs s'est enfui
Et moi, je suis resté hébété, là en bas
A attendre des nouvelles lointaines

Toujours pas de nouvelles de toi,
Et dans mon coeur ce charivari
Et dans les airs cette colère infinie
Cette incompréhension brutale
Ces battements infernales
Mon Dieu sait-il comme il fait froid
Sans la chaleur de ta peau,
Sans le soleil dans tes sourires
Et comme ton absence est la pire
De toutes les maladies, j'ai chaud,
J'ai froid aussi, je suis pâle
J'ai des sueurs froides
Je suis malade de ton indifférence
Comme on plonge vite dans la souffrance
Dans le manque de l'autre, dans l'errance
Dans la tiédeur des pleurs profonds
Je suis seul, je tourne en rond
Comme si la vie était vidée de son sens,
Et mes sens sont en ébullition,
Quand dans un soleil brûlant
Je suis assailli de questions,
De pourquoi et de comment.
Je souffre en ton absence
A demeurer sans nouvelles de toi.

Madine (c) Les cruesd'écrits
Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 11:17

C'est quoi cette planète?
On balance, on jète
On s'entretue en Afrique
A grands coups de machette
On bouffe des produits chimiques
On en remplit nos poumons,
Et il pleut des tombes
On invente d'autres bombes
Et on nous prend pour des cons!
On cherche son petit profit
On se fiche bien des autres!
Même si on dort seul dans son lit
"Je ne t'aime pas je te saute!"

C'est quoi ce petit monde?
On se rue sur facebook en rentrant
On regarde la vie des gens,
Et on commente, comme si, comme ça
Comme si nous étions Dieu!
Tout ce qui est autour est immonde
C'est ainsi par ici, maintenant
On a plus froid aux yeux,
Il ne nous reste plus rien,
Sauf peut-être le droit de le dire
De dénoncer et puis d'écrire?
Quand bien même ça ne plaise pas
Ca ne plaise pas aux Dieux
Ceux qui médisent, qui constatent
Conspuent, critiquent, et se tâtent!
Les Dieux qui nous embauchent
Les mêmes qui nous débauchent!

Madine (c) Février 2010 in Les fleurs sauvages ne meurent jamais

Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 10:59

J'ai de violents mots de tête
Je n'ai pas le coeur à la fête
Je reprends du service
Pour oublier tous les vices
Ceux des gens qui m'entourent
Je m'enferme à double tour
Je me mets à l'abri, j'écris,
Sur mes petits tracas, mes ennuis
Avec ces mots cachés dans ma tête
Oh voilà une belle cachette!
On ne peut jamais complètement
Arrêter d'écrire, c'est ainsi
On partage toujours niaisement
Nos petits vers entre amis
J'ai de violents mots de tête
Non, je n'ai pas le coeur à la fête.

Madine (c) 2010
in: "Les fleurs sauvages ne meurent jamais"

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 11:54

Quand il y a le vide autour de toi
Tu tombes, tu tombes, bien bas...
Quand tu cris et qu'on ne t'entend pas
Tu tombes, tu tombes bien bas...
Quand dans la vie tout s'en va
Que rien ne reste, tout s'en va
Tu tombes, tu tombes, bien bas...
Quand les peines ne s'en vont pas
Quand les chagrins meurent avec toi
Il y a ces choses qu'on n'oublie pas
Quand on tombe, qu'on tombe si bas.

Quand il y a le vide autour de toi,
Tu tombes, tu tombes bien bas...
Quand tu fuis et qu'on ne te retient pas
Tu tombes, tu tombes bien bas...
Quand tu baisses les bras
Que rien ne reste, que tout s'en va
Tu tombes, tu tombes, bien bas...
Quand les plaies ne cotérisent pas
Et quand les peines meurent avec toi
Il y a ces idées auxquelles on ne pensait pas
Qui reviennent vous ceuillir dans leurs bras.
Alors tu tombes tout en bas,
Et reste au fond, seul, en bas.....

MR 2010 (c) dans :"Les fleurs sauvages ne meurent jamais"

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 13:48
Je reprends mon souffle
Après une pause forcée.
Oublions le travail, acharné
Celui qui nous étouffe
S'asseoir, réapprendre à rêver
Chasser ces pensées
S'ouvrir vers l'avenir
Enterrer le passé
Réapprendre à sourire.
Et cette cigarette
Et ces soirs de fêtes,
Mis de cotés il y a des mois
Où je  n'étais plus vraiment moi.
La lumière éclaire l'ombre
S'éloigne les jours sombres
Re-goutter à la vie,
Avant de ne perdre plus encore
Aimer plus fort
Ça y est j'ai souri!
Me revoilà parmi les vivants
J'espère revenir à présent
Retrouver du goût, de la vie


M@d 2010
Merci à tous mes amis pour leur fidélité en mon absence, ils sont trop nombreux pour tous les citer, mais ils sont chers à mon coeur et se reconnaitront.....Merci à Bouygues Tél et à sa B Box d'avoir bien voulu (enfin) fonctionner.....Merci à mes clients parti solder ailleurs, qui me permettent enfin de prendre quelques heures loin du magasin......Merci à toi ma femme d'avoir essuyer mes pleurs jusqu'à la messe commémorative des an ce Dimanche....

 
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 14:02
LES CRUES D'ECRITS

Ce sont les écrits d'un soir,
Où l'imagination déborde,
Ce sont les écrits noirs,
D'un coeur en désordre.


Les crues d'écrits
Ne sont plus des mots,
Plutôt des cris,
Tantôt des sanglots.


Des écrits contre tout ordre,
D'un coeur que l'on saborde,
Les écrits d'un soir,
Nés de longs cafards.


Ni poèmes, ni chansons,
Juste des mots que l'on assemble,
Ni odes, ni oraisons,
Juste les fruits d'un coeur qui tremble!


Quelques rimes maladroites,
Ecrites les mains moites
Des mots insuffisamment travaillés,
Livrés "bruts", comme une pensée.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 21:59
Les paysages défilent,
Pas un ne ressemble à l'autre,
Il voyage seul, tranquille,
Triste et pensif, entre autre.


Des champs verts,
D'autres bleutés,
Ce matin il est amer
Dans ses pensées.


Plateaux et vallées,
Bosquets et forêts,
Openfields ou haies,
Paysages variés.


Il traverse la France,
En quête d'une autre chance
Si seul dans ce TGV,
Lille-Toulouse, via Montpellier.


Quelques fermes isolées,
Habillées du gel de l'hiver
Il file comme en enfer,
Vers d'autres contrées.


Les villages se succèdent encore,
Et les architectures diffèrent
Tandis qu'ils font des affaires,
Il se demande si elle dort?


Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 20:16



Ce sont mes deux chéries
Même si elles sont éloignées,
Par les caprices de la vie,
Des adultes et de leurs méfaits,
Par leur égoïsme altruiste,
Et les choix de leur vie hasardeux,
Par mon comportement ambitieux,
Et un poil anticonformiste.


Mes deux Lexomils
Ce sont mes deux amours
Eternels et lointains,
Uniques et sereins,
Elles ont pris pour toujours
Tout l'espace de mon coeur,
Quelques passagères indifférences,
Je crève de trahir leur enfance



A cause de choix qui m'écoeurent
Elles sont la force tranquille
Qui m'empêche de sombrer,
Loin d'elles, mon coeur se vrille
Comme un rat sans ses ballerines,
Un drogué sans son héroïne.
Une canne pour ne pas tomber.
Mes deux Lexomils....


Partager cet article
Repost0