Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 11:08

18h par mois, C'est pas grand chose!
C'est tout ce qu'il me reste avec vous.
Il faudra bien faire quelque chose
Pour faire cesser cette bêtise
Le sacrifice de nous
Que ta colère attise
Quelle dose de cruauté
Pour faire souffrir ses propres enfants?
Peut-on dire les aimer vraiment
Lorsqu'on les prive de ma paternité?
Elle fait de moi un drôle de Papa
Qui n'existe plus qu'au travers de poésies
Et mes maux que vous lisez, mes filles
Seront les témoins de mon combat.
Un  jour vous me lirez enfin
Vous verrez qu'au delà des centaines de cartes postales
Au delà des tas de jouets, des sorties infernales

Ces mots sont gravés dans l'éternel, c'est certain

Je vous ai attendu une grande partie de ma vie
Vous étiez mon combat d'amour, en vain.



Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 12:26
Demain c'est ton anniversaire papa,
J'aurais tellement voulu que tu sois là,
Je t'aurais serré dans mes bras,
Je t'aurais embrassé mille fois.
Je t'aurais raconté ma vie,
Tu m'aurais donné ton avis,
Je me serais dépêcher de rentrer,
Maintenant j'habite tout près,
Mais t'es parti avant tout ça,
Et tu ne seras pas là, demain,
Il n'y aura que nos chagrins,
Puis mes cafards, et puis tout ça ;
Je n'arrive pas à vivre sans toi,
Je n'y arrive vraiment pas.
Je ne parlerais pas de foot demain,
On ne parlera pas non plus de ton jardin,
De cet hiver triste à mourir,
Qu'il est déjà l'heure où je dois partir,
Je ne t'inviterais pas dans ma maison,
En emménageant je pensais à cela,
Je m'y sens comme dans une vaste prison,
Depuis que je sais que tu n'y passeras pas.
C'est ton anniversaire mon père
Je passerai te saluer au cimetière,
Te dire que je ne dors plus vraiment,
Depuis ton enterrement.
J'avais tant besoin de toi, papa
Non, je ne m'y résouds pas.
Ce noeud dans le ventre me rend malade
Je ne mange plus que des salades,
Et je me perds dans ces changements,
Ma nouvelle vie,et ses chamboulements,
Il me manque mon père pour m'aviser
Il me manque un ami à qui parler...

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 14:20

Assis sur le rebord de ma planète,
Auprès d'un banc et d'une armée
De pins jurassiens, soleil d'été,
Fiers comme des hoplites en fête,
Je regardais des heures durant ma vallée,
Comme on revoit sa vie face à la mort,
Et je la trouvais plus belle que jamais.
Comme sur un nuage au paradis,
J'étais tombé en amour d'un lieu,
Où j'avais aimé , prié, et haïs,
Où je me cachais loin de mon "Je"
Amnésique sur cet astre qui m'aveuglait,
J'observais ma ville avec passion
Comme on s'accroche à la corde qui nous pendra,
Je voyais mille lueurs et autant de floraisons,
Puis aussi le regret du temps qui s'en va...

M@dine (c)   2006 Belgique

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 14:24
Bonjour! Nous sommes le Lundi 1 er Juin, mon blog est en grève. Pourquoi?
Parce que j'en ai marre d'être contraint de travailler les jours fériés.
Je suis obligé de travailler ces jours là, qui plus est je suis payé conventionnellement
 240 jours par an, et donc je ne suis pas payé les jours fériés et Dimanche.
La vie de famille s'en trouve perturbée. C'est une atteinte aux droits de la famille,
et à mes droits. Messieurs les députés, vous ne travaillez pas vous ces jours là? Où
est l'exemplarité, le fameux travaillez plus, pour gagner plus !!!!
Je suis mort de rire, j'ai juste le droit de me taire et de bosser, 
VIVE LA GRANDE DISTRIBUTION VIVE LA REPUBLIQUE
VIVE LA FRANCE et VIVE LES DEPUTES.....


Je pourrais écouter un bon CD,
Je pourrais jouer dehors avec mes filles
Profiter d'une belle journée ensoleillée,
Aller nous rouler dans les champs de jonquilles,
Mais au lieu de cela je dois bosser.

Je pourrais chanter avec ma puce,
Rire de tout, rire de rien,
Je pourrais jouer au foot avec mon chien,
Ecrire un petit mot de plus
Mais au lieu de cela je dois bosser.

Je pourrais prpéparer la chambre de bébé
Faire cette peinture que je vous avez promis,
S'en mettre plein les habits!
Au lieu de vous planter devant un DVD,
Mais au lieu de cela, je dois bosser.

Je pourrais faire un picnic improvisé,
Loin à la Mer, et se rouler dans les Dunes,
Vous m'auriez enterré sous le sable, entier!
On aurait mangé une bonne glace à Bray Dunes,
Mais au lieu de cela je dois bosser!

Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 21:11
Il y a des soirs où l'on flotte
Dans un apesanteur reposant
On vit enfin tranquillement
Enfin peut-on dire que l'on récolte
Le fruit de nos espoirs
Il est tard pourtant ce soir
Je sens les sourires me manger
Me manger les joues à pleine dents
Tant j'ai enfin trouvé le bonheur
Un bonheur qui s'endort à mes côtés
Tous les soirs désormais,
Avec son petit ventre qui s'arrondit
A mesure que pousse notre bébé
Ce petit bout de grand bonheur
Qui viendra vite égayer nos vies.
Ce soir j'ai le sourire sur le coeur
D'avoir retrouvé mon ange
De partager avec elle mes heures
Et les plaisirs à deux qui démangent...
Je suis tellement bien auprès d'elle
Comme au retour du printemps, les hirondelles
Et mon coeur apaisé s'endort tranquillement
Sur son épaule rassurante et amoureuse
Le vie parfois s'éveille enfin ...
Je t'aime mon ange divin,
Je ferai de toi cette femme heureuse
Cette maman qui ne me quittera jamais.


M@dine  (c) 2009
Partager cet article
Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 21:30

Neuf heures ce Jeudi,
Rassemblés sur le parvis,
De l'église, on pleure
Le dernier malheur;

Toute la cité en parle,
De Lille à Arles,
La mort a encore frappé
Le week-end dernier.

La foule prend place
Dans le sanctuaire coloré
Décorée comme un palace,
L'église est belle à en pleurer.

Mais le parfum des fleurs,
Peut-il atténuer la douleur,
De tous ces jeunes rassemblés,
Pour ces funérailles de l'amitié?

Ils n'étaient encore qu'enfants,
A peine seize et dix-sept ans,
Quand leurs vies s'en sont allées,
Un chauffard les a assassiné.

Ce lâche, inhumain, a dans sa fuite,
Endeuillé la vie de deux familles,
Et rendu orphelins une centaine d'amis,
La justice est faible dans ses poursuites.

On pleure, on se penche sur une épaule,
Quelle douleur au sein de notre école,
Des chants, des prières, on se console
La tristesse ne connaît pas de monopole.


M@dine (c), 1997 à Fabio et Lorenzo décédés sur les routes du Nord en 1997, je n'oublierais jamais les élèves que vous étiez, et les jeunes hommes si drôles non plus...  

Partager cet article
Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 21:17

Ne te retournes pas

Sur ton passé,

Cassés les rétroviseurs,

Il n'est plus l'heure

Mon amour, oublies moi

Je ne suis plus là,
Maudits souvenirs!
Se peut-il être pire?
Publicité mensongère,
Tu étais mon Enfer!

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 21:29
J'ai perdu beaucoup d'amis,
J'ai changé tant de fois de région
Je me suis égaré aussi
A croire en mes illusions.
J'ai fait tant de kilomètres,
Et cent vies m'ont diminué
Partout il fallait paraître
Souvent j'y ai beaucoup laissé
J'ai connu tant de personnes
Sans jamais aller plus loin
Il fallait vite que je change de coin
Sans un coup de téléphone,
Je suis souvent parti comme ça
Sans adresse , sans "chez moi"
Sans prendre le temps des adieux
En étant persuadé que c'était mieux.
J'ai traîné mes déception,
Aux quatre coins de nos régions,
Je me suis enfin posé,
Travaillant à vous retrouver
Et rattraper notre retard
Et j'ai décidé de ne plus partir
Car partir c'était fuir
S'en aller dans le brouillard
Et je veux vivre cette 100è vie
Comme si elle était la dernière
Je ne veux plus de passages éclairs
Je ne veux plus de sursis
Il est temps de construire
De bâtir sur la durée
De ne plus papillonner
Se poser pour le reste de la vie
Pour ne plus souffrir.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:53
Je crois que je suis au plus bas,
Dans l'estime de moi, dans le trou,
Dans la fosse commune, devenu fou!
Une folie qui ronge ce qui restait de moi
La pression dans le travail est un enfer
Tout cela pour payer mon lourd passé
Je suis un indien payant un lourd tribut ;
Un extra-terrestre, un ange déchu
Mes choix antérieurs, mortels regrets
Il n'y a plus que des hivers
Je ne vois presque plus mes enfants
Prisonnier du cycle de l'éloignement
Et je retombe dans les mêmes travers :
je suis dépendant de son amour!
Et les incompréhensions me bouffent
Je la sens bien cette folie qui étouffe
Une légion de personne la désire
Virtuellement, ou réellement, pire!
Les fantômes de son Passé reviennent
Un retour qui accentue mes peines
J'ai confiance mais je suis si loin
N'est-ce pas un sentiment un peu humain?
Une légion se ligue pour me tendre la corde
Dans tous les pans de ma vie, une horde
Sauvage s'obstine à me faire perdre la raison
Je vois le malin présent en toute occasion
Qui se délecte de cette souffrance
Que je traverse dans l'indifférence
J'étais un enfant plein de rêves encore
Mais dans ce monde d'adultes suis-je mort?
Elle me demande de tant accepter....
N'ai-je pas le droit de ne pas tout encaisser?
Je me sais atteint par la maladie, qu'elle nie
Aurais-je déjà perdu toutes mes facultés?
Ne doit pas t-on concéder un peu?
Si l'on veut partager une vie à deux?
Se mettre à la place de l'autre, dans ses yeux
Dans son coeur, aussi je l'espérais,
Pour ressentir ce qui l'a tant blessé
Un grand cinéma diffuse des films atroces
Dans mes souvenirs ils brûlent, féroces,
J'avais besoin de croire, d'être réconforté
Pas cette sensation de saouler, de saouler...
La pente est dangeureuse
La chute vertigineuse
Car elle ne semble pas me prendre au sérieux
Mon Dieu, faîtes que ce présentiment soit usurpé
Ou alors épargnes moi ô mon Dieu
D'avoir à sombrer loin de ses bras, desespéré.
Partager cet article
Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 21:09

Insupportable attente,

Tu as pressé la détente,

Fuyant en courant,

tu es des leurs,

Il est des leurres,
Je meurs, je meurs,
Pas de pleurs.
Que mon souvenir te hante
Que mon spectre t'épouvante!
Ne te retourne pas,
Je suis déjà là;
Tu es des leurs,
Il est des leurres,
Je meurs, je meurs,
Pas de pleurs.

M@dine (c) 2006

Partager cet article
Repost0