Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 12:07
Il y a une odeur de mépris,
Ignoble et nauséabonde vomi,
Une odeur de chair chaude
De corps mêlés qui galvaudent
Ce dégoût dans tes draps
Où tant de braves gars
Jouissent, ô râles infâmes,
Entre tes cuisses, ma femme,
Et qui te font aussi hurler,
Comme une truie égorgée,
Leur cire putride inonde
Tu m'écoeures ma blonde,
Quelle puanteur dans ce lit!
Une odeur de corps moisis.


Partager cet article
Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 13:09

Peut -on recroire en l' amour?

 Le peut-on un jour, pour toujours?

Je me perds dans le doute

J'ai pris un chemin, une route

Ne sachant plus où aller

Ni à quel saint me vouer.

Une femme partage mes peines

Mais elle me connait à peine

Si elle connaissait les troubles

Qui m'habitent! Un rouble,

Je ne vaux que cela!

Exigeant comme on ne fait pas!

Il me faut des calins, la Tendresse

Pas quelques parties de fesse

J'ai besoin de ta douceur

Quelques millions d'heures!

Le temps de la reconstruction ;

Où sont passées les passions?

J'ai tant besoin de toi, tu sais

Mais les fantômes vivent dans le Passé

Et je ne peux t'oublier.

Alors je me contente

Je patiente.

J'attends la folie,

L'amour d'une vie...

Est-il ici?

Partager cet article
Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 13:59

J'ai cru en ses paroles

J'ai partagé ses rêves,

Alors que sous sa coupole

L'avenir est en grève,

Elle le savait j' imagine

Que rien n'aboutirait

Et je sais, je le devine

C'était un shéma fermé

Où les lueurs sont brèves

Elle n' osera jamais

Le quitter pour de vrai

Quoi qu'en disent ses brêves,

Je lis ses complaintes

Elle vit dans l'irréel

Je la prenais pour une sainte

Quelqu'un d'exceptionnel

Mon Dieu que je suis sôt

Mais le réveil sonne

Je vais m'en sortir tantôt

L'ombre de la vérité raisonne

Déjà....

Partager cet article
Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 13:54

Toujours les mêmes peines,

Ces mensonges que je vomis,

Comme je hais cette vie,

Quand le mensonge dans ses veines,

Coule de partout à foison,

Il fait parti de leurs âmes,

Constat de désolation. Démons!

Y'a rien à vous dire de plus!

Comme ici, je suis perdu,

Mes compatissants spect-acteurs!

Que je hais ces fausses déclarations,

Et tous ces faux-semblants,

Et ces mots si compatissants,

Commentaires ou paroles en l'air,

Ces vérités ou paroles universelles,

Existe t-il cet univers

Ou tout serait merveille?

Ça fait un tintamarre

Ca bruisse et ça hurle,

Tout ce bruit qui hurle

Me devient insupportable


Éternel cycle,
Dont on ne sort jamais,
Eternelle musique,
Qu'on ne sait qu'écouter,
On ne retient pas les leçons,
On plonge sur les hameçons,
Comme des connes de carpes,
La musique qui nous happe ;
Sirène, sérénade des dupes.

M@dine (c) 09/2007

Partager cet article
Repost0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 14:01

Je n'entends plus ta voix,

Je crains même de l'oublier,

Et ton visage dans mes pensées,

Je crois qu'il ne te ressemble pas.

L'image finit par se brouiller,

Je cherche, je fouille ma mémoire,

Mais les souvenirs s'égarent

Une photo pour se remémorer

Le temps passe et détruit

Les plus beaux fruits de nos vies,

On voit bien que tout est éphémère

Je pense à toi mon Père,

 

Même si ma pensée est floue

Je cherche le bleu de ton regard

Je regarde des photos, brouillard! 

Tu me manques et c'est tout.


M@dine (c) Juin 2009
 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 14:33
Je suis dans les cordes,
Fatigué par les hordes
Qui nous tuent à la tâche
Qui nous cassent à la hache,
Qui hurlent leurs ordres
Vociférant dans le désordre
Des mots assassins,
En se frottant les mains,
De vous mettre à mal
Avec un vice infernal.

J'ai un soucis
Avec la hiérarchie!

Je suis usé, cramé
Anéanti, exténué
Sous le feu du travail
Sous le feu de leur mitraille
Toujours plus usant
Toujours plus éreintant,
Ces gens jamais contents
Qui lorsqu'ils parlent
Se font médisants,
Jusqu'à ce qu'ils s'en aillent.

J'ai un soucis
La hiérarchie,
Est une pénible maladie.
Faudrait changer de vie



M@dine
Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 16:27

Tantôt enfantine, tantôt câline,

Rien ne te capture, ni personne,

Et de ta figure enchanteresse,

Dépend mon allégresse.

Ma fée enchantée et curieuse,

Au sourire le plus caressant,

De ta bonté si généreuse,

Tu faisais de moi un enfant.

 

Ton oeil gai, ta légèreté,

Ta calme allure féline,
Étaient ma douce héroïne
Ma fierté immaculée.
Ta grâce te rendait divine
Tu étais la plus attentionnée
Tes yeux étaient des diamants,
Qui étincelaient au firmament.

Je te pardonne tes frasques,
Contre une autre vie fantasque,
Ma princesse intemporelle,
Je t'aime devant l'éternel.
Ton insouciante excentricité,
Et la vie que nous partagions,
M'amènent à cette réflexion,
L'Amour peut nous tuer!

Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 14:06

Mon petit papa,
Me voilà orphelin,
Désorienté, déboussolé
Par ce triste matin,
Où tu as passé ton chemin,
Tu es parti en voyage
Sans aucun baggage 
Aux pays des cieux,
Près de Dieu.
T'as dit "merde" à la maladie
A tous ces traitements abrutissants,
Tu es parti bien calmement
Aux pays des rêves infinis.

Mon petit papa,
Te voilà dans ta tombe,
Fleurie comme une notoriété
Ne manque que le poster de Laguiller
Je suis sur que les colombes
Et les Anges du Paradis
Refont le monde en conversations
Infinies, et que tu leur souries.
Dans l'enfer de cette terre,
Je me sens triste comme un parterre
De ronces immondes qui pourrissent
Sur un bas côté, et qui tapissent
La route de leurs lianes tentaculaires,
O mon Dieu, si grande est ma misère!
Je suis accablé par la détresse
Depuis cette merveilleuse messe,
Où nous t'avons dit "au-revoir".
Comment concevoir de ne plus te revoir?

M@dine  

Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 12:16





Dimanche ensoleillé dans le Loir et Cher,
Je traîne près de la cheminée, clope allumée
Je pense aux derniers souvenirs de mon père
Qui le premier jour de l'année, s'en est allé.

Les roses ne meurent jamais, disait-il
Comme la rosée, une larme perle sur mes cils,
Je repense à tes jeux de mots, parfois douteux,
A nos fou-rires anodins des jours heureux 

Un bébé arrive dans mon foyer cet été,
Je vois le ventre s'arrondir loin de moi
Un petit gars, un peu de moi, un peu de toi
Un peu de soleil dans mon ciel voilé.

Nous passerons te voir dès que je le pourrais
Et même si le temps me fait défaut,
Nous discutons toujours dans mon cerveau,
Et je ne cesse pas de t'aimer 
Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 11:51


Une petite pensée, rien que pour toi,
Quelques rimes maladroites ici et là,
Une petite pensée, rien que pour toi,
Moi qui sais que tu t'endors loin de mes bras.
Je sais que bientôt tu seras là,
Allongée auprès de moi,
Je n'aurais plus froid,
Qu'ils furent longs ces mois,
Longs et glacés, n'en doutes pas!
Des silences moribonds
Et des jours sans soleil,
Des océans noirs sans fonds
Plus de nuit sans sommeil.
Une petite pensée, rien que pour toi
Qui rêve déjà d'une vie à trois,
Une petite pensée, là comme ça,
Qui me vient subitement,
Comme me vient l'envie de t'embrasser, là.

Une petite pensée, rien que pour toi

Quelques rimes tragiques, ici ou là

Une petite pensée, rien que pour toi

Moi qui sais que tu dors déjà.



Partager cet article
Repost0