Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 21:15
Les poussières de Bonheur
Que tu m'as envoyé
Reflètent les lueurs
Dans la nuit étoilée
Des secrets de mon coeur
Que tu as apaisé
Reposant sans rancoeur
Sur toi, à tout jamais.
Les poussières de bonheur
Même si elles n'ont que peu duré
M'auront rendu vivant
Même un court instant
Lorsque tu m'as aimé.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 11:21

Un jour comme un autre en Novembre,

Un jour triste et gris comme la cendre,

Un jour comme un autre en Novembre.


Le brouillard lourd et épais,
Immerge nos quartiers, nos cités,
Dans une torpeur froide et glacée
Comme une mer de fumée.


Un jour comme un autre en Novembre....


Il est soudain et discret
Patiente parfois toute la journée,
Et lorsqu'il pense enfin à se lever,
C'est le jour qui va se coucher.


Un jour comme un autre en Novembre...


Le ciel vêtu d'un manteau gris,
Semble plongé dans un long deuil,
Comme dans un coma infini,
Et les arbres pleurent leurs feuilles.


Un jour comme un autre en Novembre...


Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 13:20
Mon petit bonhomme,
Regardes ce capharnaüm,
Petit, sers les dents!
Avances sereinement.
Marches donc droit
Droit devant toi,
Ne jamais se détourner,
Du chemin fixé,
Petit, ne changes pas!
Restes tel que tu es!
Personne ne doit
Tenter de t'influencer.
Sois fort, petit gars
Surtout ne renonces pas.
Il ne faut jamais renoncer.
Même lorsqu'on veut t'exécuter.
Sois plus fort qu'eux,
Ne ressembles pas à ceux
Que tu méprisais avant.
Marches droit devant!
Il ne faut jamais flancher,
Il ne faut jamais oublier,
Tes racines sont ta fierté.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 12:42
L'abeille s'est brisée une aile
Trop préoccupée par son miel
Égoïste petite abeile
Elle en a perdu un L
Un jour comme ce Noël
Elle avait perdu un peu d'elle
Drôle de conte de Noël
Egoiste petite abeile
Tu n'étais pas très belle.
L'abeile qui perdit un L
Voulait croire aux merveilles
D'un monde éternel
Mais elle avait le bourdon
Dans ce drôle de ciel
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 06:23
Cette nuit, ne dormant pas
Je regardais la nuit brune,
Et dans ces ténèbres, la lune
Me souriait plantée là.
"Fermes les yeux" me dit-elle
"Tu vas voyager avec moi
Je te prends sous mes ailes
Avant que le jour ne s'éveille".
Nous partîmes loin, là-bas
Survolant les vallées,
A une vitesse impensable,
Transporté sur son duvet,
Dans une confiance respectable,
Elle m'emmena en Comté.
Son génie m'accorda de la voir,
Ma belle endormie, allongée,
Sans doute devait-elle rêver?
La chamade cognait en mon sein,
Comme j'aurais souhaité la réveiller!
"Viens doux rêveur, ton voyage
Est terminé, rentrons!
Avec dans tes bagages
Ce doux songe que nous reviendrons".
"Accroches-toi à ma lueur,
Pendant ces nuits de pleurs,
Je te promets de t'embarquer
Et de t'aider encore à rêver".
En plongeant dans mon lit,
O miracle! Le rêve n'était pas fini
Nous courrions dans cette vallée,
Et la lune nous souriait.



Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 05:14
Tu frottes les traces
De mon passage dans ta vie,
Afin qu'il s'efface
Qu'il soit détruit.
Il traîne comme une crasse,
Qui te salie, te salie,...
Quoi que je fasse,
Tu frottes avec énergie,
Il n'y a plus un espace,
Épargné par cette folie,
Assise sur tes calomnies,
Les traces sont tenaces,
Profondes et bien grasses
Elles entachent ta vie,
Et ce bonheur fugace,
Que tu crains que tu fuis
Frottes les traces!
Effaces ma vie!
Qui n'est que poisse.
Tu frottes les traces
De mon passage dans ta vie.
Afin qu'il s'efface
Qu'il soit enfin détruit.
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 21:12

Dis, c'est encore long la vie?

Dépêchez-vous de vivre mes amis!

Que l'on puisse enfin en finir!

Que l'on puisse finir de mourir!

De mourrir pour ne plus penser à eux,
Eux qui s'en sont allés,
Allés au loin, loin des yeux,
Qui pleurent ces éternels départs,
Départs qui n'arrivent à rien,
Rien ne finit à une gare
A la gare, où j'attendais le train...
Le train de ma vie?
Ma vie, cette vie de chien!
En chien de fusil,
J'attends assis, en vain...
Dépêchez-vous de boire le vin!
Dépéchez-vous mes amis!
Vite, vivez vos vies!
Que l'on puisse enfin en finir,
En finir de mourir.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 14:45
Les tumultes des draps,
Le satin, chaud et froid,
Tes ébats ne cessent
A grand coup de fesse,
Tu t'éloignes de moi,
Tes ébats font débat.

Tu enlèves les bas,
Tranquille facilité,
La morale n'a pas
Sur toi, d'éffet.
Mon coeur se débat,
Tes ébats font débat.

Dans tout le quartier,
Et bien au-delà,
Le bruissement croît,
T'affublant de mots osés,
Je me refuse à cela,
Tes ébats font débat.

Tes ébats ne cessent,
Dieu, qu'ils me blessent!
Mais ça ne me concerne pas,
Alors c'est plus fort que moi,
Tous en disent long sur toi,
Tes ébats font débat.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 12:37
Papa

Tu es parti à la Bonne année,
Je me sens effondré comme jamais
Tu sais à quel point tu comptais
Surtout à quel point je t'aimais.
J'ai cette angoisse plantée dans le ventre
Elle me déchire de peurs insoutenables
De regrets nombreux et inavouables
J'attends bêtement que tu rentres
D'un voyage d'où on ne revient jamais
J'ai cette image dans la tête
De cette dalle sous laquelle tu reposes
Je voudrais la couvrir de mille roses
Non je n'ai plus le coeur à la fête
Il y a encore tant de choses dont je voulais
Te parler,  au coin d'un canapé
Mais ton coeur, usé, s'en est allé
Dans un monde où je n'ai pas d'accès.
J'ai peur d'un monde sans toi
D'un monde froid, sans tes conseils
J'avais tellement à apprendre encore de toi
Je voulais te faire vivre encore tant de merveilles.
Mes larmes sont sèches de t'avoir tant pleuré
Mon coeur est lacéré par nos souvenirs
Ils brûlent mon âme, comme des flambeaux ensorcellés
Mon Dieu je ne savais qu'après ce serait si pire....
Pourquoi es-tu déjà parti là-haut?
J'ai tant encore besoin de toi-
Ici, dans ce monde il fait si froid-
J'ai si mal, mon père, mon héros.
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 12:28

Lendemain de Réveillon,

Le téléphone sonne,

Mon frère, mon coeur qui cogne,

Comme s'il sentait le danger,

"Papa est décedé"

Comme l'écho d'un carillon,

je peux m'éffondrer
"Bonne année, bonne santé"
Hurlent ces cons à la radio!
J'ai juste envie d'hurler.
La peine étouffe ma voix,
Dans un premier temps je n'y croyais pas.
je sais c'est banal et idiot,
On croit que ses parents
Ne mourront jamais,
Je sais, c'est niais,
Mais à l'âge de 34 ans,
J'avais tant encore à partager
Tant de conseils à écouter,
Tant de choses à te raconter,
Si tu savais comme je t'aimais...
O, Oui, tu le savais....
Coulent mes larmes sur mes regrets
Coulent mes larmes sur mes regrets.

à papa...Décédé le 01/01/09

Partager cet article
Repost0