Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 16:04
Dans les rues,
Il déambule,
Un peu perdu,
En funambule.
Beaux magasins,
Multiples tentations,
Trop de "plein"
De consommation.
Des ventres repus,
Des belles fières,
Des chiens vêtus!
Des vieux amers,
Des regards hostiles,
Et des catholiques,
Achats futiles,
Du pathétique,
Des "enlacés"
Indécollables!
Des paumés,
Un peu minables,
Et ma solitude,
Et mon errance,
Vos certitudes,
Votre indifférence.
Mon dégoût,
Vos sacs pleins,
Vos bijoux,
Mon chagrin.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le comm de Nicole:
Bonjour Madine

j'aime cette promenade,

Bien triste
parfois
mon coeur oubli
Que tendre la Main
ne suffit pas
pour être aimer...
donner de son temps
ne suffit pas
pour être accepter


Se dévoiler
un peu de soi
derrière cette carapace
chaque jour cherche sa place
laisser sa trace

cacher sa peine
et ses soucis
ses chagrins et ses humeurs
ceux de la vie
chercher le bonheur
mon destin le veut ainsi

car si demain
mon coeur s'ouvrait
certains se feraient
une joie de me reprocher
cet instant de liberté

l'inspiration me revient
tout doucement
joindre mes pensées
à la réalité
puis l'écrire
en oubliant
qui je suis

Surtout milles bises @mitié et bon weekend
Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 06:50
Dans ma tête, les mots luttent
Ils se bousculent et m'évitent la chute.
Il s convergent en un tas de lignes,
Qui pleurent en attendant en vain un signe.
Quelques longues années d'amertume,
Mes pensées pourrissent en écume,
Qui flotte sur mon esprit, quand pensif
Je glisse des mots un peu naïfs
Ces mots sont un torrent de furie
Sur une page blanche vite noircie,
Entâchée du sang de mes peines,
Des tâches qui me saignent les veines.
Tous ces mots qui brûlent ma tête
Comme si une balle la traversait,
Ils crachent mes mots en tempête
Comme si un cyclone me balayait.
Je cesserais d'écrire un jour,
Quand le bruit sera devenu sourd,
Quand la nuit fera place au jour,
Quand mon coeur ne fera plus le sourd.
Ces mots que je sème au vent d'ailleurs
Sont ces tristesses qui brisent mon coeur,
Je vous les apporte quand ils débordent
Quand ce coeur saigne et qu'il déborde,
Ce sont les crues d'écrits.

Partager cet article
Repost0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 06:39
Mes nuits sont taquines,
Elles me parlent de toi,
Elles diffusent, assassines,
Des images d'autrefois.


De ce pays, où j'étais ton Prince,
Avant que tu ne m'évinces,
Du temps où la vie était plaisante,
Pas celle d'aujourd'hui, si terrifiante.



Les nuits sont taquines,
Elles me soufflent ton odeur ;
Ton parfum inonde mes narines,
Pointe de douleur dans le coeur.


Elles hantent mon sommeil,
D'instants sans pareil
Doux et sucrés comme le miel,
Quand nous semblions être éternels.


Je poursuis notre vie, seul,
Dans des rêves, où tes bras
M'abritent lorsque j'ai froid
Oubliant ainsi que la vie est deuil.



Retrouvez cette chanson sur hitmuse...
tapez hitmuse dans Google
M@dine (c) 2007
--------------------------------------------------------------------------------------------

Brève du jour:
Ma reprise du travail s'est faite sur les chapeaux de roues. Usante! Mais pleine de réussite avec un joli +20% sur l'an passé, après une quinzaine, où j'étais en vacances, "difficile", ça réconforte et ça encourage. Aujourd'hui je reçois des gens du siège pour un coup d emain, car mes élus syndicalistes sont en vadrouille aïe! Je tenterais de me libérer pour visiter vos blogs en fin d'aprem ou ce soir, un peu, car hier je me suis couché super tôt, vers 23h....Lyloue nous a laissé dormir, ouf!!!! Merci pour vos encouragements sur Facebook, ou ici, vous êtes ma petite famille, et c'est bon d evous savoir là....Merci à tous, Màdine  

Partager cet article
Repost0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 19:17
J'attends dans la nuit noire,
Les jours ne sont que soirs ;
J'ouvre ma porte à l'inconnue,
Souriante, elle s'insinue,
Dans mes chagrins, mes cafards.
Enfermé dans mon isoloir,
Elle est nuit éternelle.
Et en bonne amie fidèle,
T'aide juste à t'endormir
Dans un sommeil, ternir
Les sentiments douloureux,
Des jours lointains heureux,
C'est la mort du jour.



Celle de l'agonie, mon amour
Un jour sans toi!
Est une affreuse maladie,
Dont on ne guérit pas.
Glissant sous mes draps
Mon amie m'embrasse,
Elle m'ouvre ses bras
Je lui offre ma vie
contre un rêve ultime,
Dans un pacte périlleux,
Tendre, elle m'enlace
Je nous revois heureux,
Unis, vieux et sublimes.

--------------------------------------------------------------------------------------------
Brève du jour:
J'ai fait ma rentrée aujourd'hui. Et après 15 jours d evacances et de "mauvais" chiffre d'affaire, on a réussi une belle journée, je me suis régalé à vendre, à galoper d'un point à un autre du magasin, c'est passé si vite que j'avais les boules de le fermer...Vivement demain, pour vivre, je l'espère, la même.
Du coup, je sais qu'il est super tôt, je me couche à 1h du mat depuis 5 mois, et les ennuis de santé de Mél, mais là, cette reprise m'a achevée....Je pars au lit.
Je vous visiterai demain en fin d'aprèm....Bisous, et toutes mes excuses! 
Partager cet article
Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 06:52
Heureux comme ce tournesol
Qui se repose au soleil
Adossé à une herbe folle
Qui ne semble pas manquer de sommeil


Heureux comme cette lavande
Qui pousse sans rien ni personne
Qui paraisse dans la lande
Dans cette garrigue où la liberté résonne.

Heureux comme ce lézard
Caché derrière du romarin
Sur une vieux chemin gallo-romain
Et qui attend patiemment sa proie.

Heureux comme moi
Qui galvaude sur les chemins
L'esprit libre et certain
D'être aimé de toi.

Je suis les cours d'eau
Compliqués comme l'est ma vie
Je me dit qu'il m'est enfin permis
De respirer à nouveau.

M@dine

Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 17:24

Voilà je rentre à peine,

Que j'entends le bruit

Aux alentours, il traîne

J'entends les sirènes

La ville, et ses cris.


De retour en ville
Finie, la vie tranquille
Bonjour la pollution,
Les ennuis à foison,
Vacances au goût inachevé
La vie en pointillés.

Voilà qu'à peine rentré
Il faut ouvrir son courrier
Se jeter sur ses messageries
Rappeler et se justifier
Comme une bétise non dite

Il faut oublier nos libertés
Retrouver nos contraintes
Oublier les lointaines contrées
Apprendre à se (re) concentrer
Sur les futilités si Saintes
De nos jobs. Et, oublier...

Et, ...Oublier

M@dine 15/8/9

Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 12:32
Promenade en Flandres,
Trêve en campagne éléctorale,
Renaître de ses cendres,
Entrouvrir la muraille,
Ne plus crier à l'injustice,
Entrouvrir l'interstice
Marcher le long de l'Escaut
Abrité des berges, des  canaux
Tendre saison,
Au loin une vapeur blanche
Dans le calme du Dimanche
Une petite maison,
Aux briques fatiguées et fades
S'éveille, je m'évade,
Fière comme un Beffroi
Il en sort un ange
Qui me chante louanges
Et je n'ai plus froid,
Assez les complaintes mélancoliques!
Enterrées les vieilles reliques
Je sais que les fleurs d'amour
Se réveilleront un jour...

Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 06:46

Je chante dans le salon,
La musique m'apaise,
Je pleure usé, déçu
Ces refrains continuent,
De la rendre vivante.
Et cette nuit m'apaise,
Nous chantons à l'unisson,
Elle, dans ma tête...
Tellement absente!
Moi, à tue-tête,
Un peu comme avant.
Mes larmes sur mes joues,
Criant Je t'aime au vide
Qui ne me réponds pas.
Et moi, je reste là,
A me demander pourquoi?
Je devais être seul,
Je le sentais venir,
Trop de peine, je dois les fuir,
Raphael est mon écueil,
Mes larmes crachent ces souvenirs,
Je souhaite ne plus les voir m'envahir
Je voudrais tant guérir,
Arrêter de souffrir...
J'ai sauté d'un avion,
Sans parachute c'est con!
Accroché à ce maudit passé,
Comment ne pas tomber?
Besoin de cette musique
De ces instants romantiques,
Ils en sont le reste,
Elle est aussi une peste
Qui me tue à petit feu,
Et personne ne le voit,
Moi, j'ai déjà fait mon voeu :
Je repartirai au loin, là-bas...

Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 06:37
Un poison coule dans mon sang.
Il me dévore mon humanité.
Une douleur me crie violemment
Que je ne parviens pas à t'oublier.
C'est une horrible sensation,
Qui me gâche toute mon existence,
Deux années déjà à faire illusion,
Et mon coeur souvent est en partance.

Il me délivre des souvenirs
Comme autant de coups de couteau.
Vais-je un jour enfin vivre à nouveau?
La moindre désillusion, et te revoilà.
Comme un fantôme tu traînes le pas,
Et tu emboîtes les miens, et mes peurs
Tandis que je peine à sortir des pleurs,
Caché dans mon immense chagrin
Dans la solitude de mes mots couchés,
Comme une ombre qui n'ose s'en aller,
Je suis de moins en moins serein.

Deux années, déjà, à faire illusion,
Mon coeur souvent est en partance,
La solitude se nourrit de tes souvenirs,
Tu reviens quand je t'attends le moins,
Peu importe où que j'aille en France
Mon coeur brûle comme la lave en fusion,
Toujours partir, toujours s'enfuir
Il me reste toujours ce même chagrin.

Partager cet article
Repost0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 13:23
Notre amour est dépassé,
Je n'ai pas su te le dire,
Je n'avais pas vu la D.L.C
J'ai préféré plutôt mentir.
Il a un goût âcre, dépassé,
Bloqué au fond de ma gorge,
Une impression de rance,
Comme une monstrueuse offense
On ne peut plus consommer,
Il n'y a plus qu'à le jeter
Quand les sentiments sont passés
A la poubelle, vite les jeter!

Partager cet article
Repost0