Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 15:12
A la recherche du parfait
J'écris et mon coeur se vide
Sur mes songes, sur le perfide
De cette vie qui m'a trompé,
Si souvent, et mes larmes
Se fondent en encre en ces lignes
Qui pleurent leur mal-être
Qui cherchent les signes
Providentiels dans le paraître?
Être fort sans cesse
Est épuisant si tu n'es pas là
Tu es cette citadelle, forteresse
Qui fait que je ne romps pas
J'écris mes maux, placebo
Je ne suis pas vénérable
Il y a ces choses insupportables
Qui hantent mon cerveau
Qui saignent mon coeur
Qui entachent le bonheur
Ces râtés, ces inachevés
Ont eu raison de mon humanité
Et me voilà commun
Semblable, j'en vomis
Écrire est facile, c'est certain,
Choisir est un dangereux parie
Je me complais en lamentations
Mais je suis seul, lamentable,
A rechercher la Passion
J'en suis devenu instable.
Perturbé, et donc sans vie
Mes pensées chahutent
Mais....Chut!
Tout se dit peut-être
Mais tout, ne s'écrit pas.    



Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 21:20




Ici de longs mois de l'année,

Elle est présente toute la journée,

Parfois douce, indécise, ou glacée,

Tantôt orageuse, fine, ou ondée.
La pluie.

Parfois crainte, inattendue, espérée
Tantôt soudaine, moqueuse, ou givrée
Tu passes quand bon te semble,
Finalement, ô comme on se ressemble;
La pluie.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 05:36
Je mène une grande vie sociale,
Feignant de parler au téléphone,
Avec un ami virtuel, triste carnaval !
Mais presqque plus il ne sonne...
J'ai utilisé mes fonctions,
Pour séduire un vrai démon,
J'ai utilisé ma tendresse
Pour receuillir une princesse
Mais mes amours sont éphémères
Et ma douleur est diluvienne
Autant que je m'en souvienne,
Ma vie s'est muée en enfer.
A rechercher l'amour ultime,
Je m'égare dans les dédales
D'un labyrinthe amoureux
Plein de pièges et ténébreux
Quête du calme intégral
De l'harmonie tranquille
De printemps, de jonquilles,
A force de déménagements,
J'ai compris qu'il me fallait
D'abord et surtout me poser
Ne rien provoquer assuremment
Eviter les clones de son passé;
Et t'attendre posémment,
Toi, mon amour, qui viendra ,
Un jour, je le sais . Je suis là
J'ai compris mes erreurs
Je t'attends, il est l'heure.
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 15:06
C'est la fête des mamans
Je pense à toi aujourd'hui
Toi qui m'as donné deux enfants
Toi aussi qui ne m'auras pas permis
De les voir grandir chaque jour
Et de profiter de leur amour,
C'est ta fête et tu les gardes
Sur mon ordinateur je les regarde.
On fait un long chemin à deux
Évidemment il y a eu des bas,
Puis des hauts des plus heureux
Je sais, ça, ça ne compte pas.
Je repense à nos années de Faculté
A nos promenades, toutes ces contrées
A notre vie stable d'autrefois
Ces conversations qui n'en finissaient pas.
J'aimais beaucoup nos discutions
Il me semble que plus rien n'est pareil
J'aimais aussi ta discrétion
Ta robe blanche était merveille.
Ton ventre rond, tes déclarations
Quand tu as su que tu serais mère
Je me remémore nos bons moments
Les déménagements, nos prières
C'est toujours mieux en partant!
C'est toujours mieux de se séparer?
Aujourd'hui je sais que c'était idiot
Je t'ai remplacé pour oublier
Ce que j'avais raté, c'est ballot!
Mais je pense à toi aujourd' hui
Je ne crois pas que tu sois plus heureuse
A vivre seule ta petite vie,
J'ai une vérité malheureuse,
Je ne serai jamais vraiment remis.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 07:07
Un être humain,
Avec ses jours pairs,
Quand tu me prends la main,
Et ses jours impairs,
Loin de toi, et des miens,
Jours pairs quand tu passes,
Moroses quand je trépasse,
De ne pas te voir venir,
Où quand vient déjà l'heure de partir.
Pairs,assoupis sur un sein,
Impairs sans la douceur de tes câlins,
Un être humain.


Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 06:57

Je vais souvent chez le parfumeur,
Voler un peu de ton odeur,
Les essences imprègnent ma peau,
Me plongent dans de profondes eaux,
Où mes souvenirs se noient,




Où notre amour est encore éclat,
Ces senteurs te rendent la vie,
Te sortent de ce tombeau,
Comme elles me sortent de l'eau,
Je respire alors à nouveau,
Et l'odeur se mue en paradis,
Je vois les anges de là-haut,
Vois comme ils me sourient!
Je quitte l'échoppe ravi
De t'emporter encore un peu,
Un banc, un parc, il pleut
Je ris , me caresse, assis
Sous l'oeil médisant des curieux,
Qui n'en saisissent pas les enjeux,
Tu es encore là aujourd'hui
Assise auprès de moi, sous cette pluie,
Un instant, je suis heureux.


M@dine, (c)  Roubaix, 06/2006

www.estee.lauder.com


Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 19:48

S.O.S PAPA.............link


Voilà, elles sont parties ce soir

Et moi je reste là à les chercher partout.

Elles sont rentrées dans leur quotidien,

Chez leur maman, là bas au loin...

Et les larmes roulent sur mes joues,

C'est terrible ces jours de cafard.

On va s'appeler tous les soirs,

Comme toujours depuis quatre ans,

Quel vide dans cette maison si noire

Qu'est-ce que vous me manquez vraiment,

Je n'ai pas faim, j'ai le goût de rien,

Je regarde juste les photos du mois,

Où l'on a vécu enfin un peu ensemble

On a rit, ça me faisait tellement de bien,

A l'idée de vous abandonner je tremble

Ce soir dans mon coeur il fait si froid,

J'ai tant besoin de vos rires dans ma vie,

J'aimerais tant vous emmener à l'école

Je voudrais tant que l'on joue, qu'on rigole

Nos souvenirs me brûlent ici,

Quelle silence assourdissant

Sans vos rires d'enfants...

Vous avoir seulement 48h par mois,

Est-ce que ça fait encore de moi un Papa?

Je pense à vous, mes princesses

Je suis si seul avec cette tristesse...

Je vous aime... 

Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 09:00
Une larme coule le long de ma joue,

Une larme symbole de tristesse,

Symbole de joie, ou de détresse

Une larme coule, et c'est tout.

Malgré mon désir de crier

Je me tais.

Malgré mon désir de mourrir

Je m'efforce de sourire.

Une larme coule le long de ma joue,

Symbole d'une plaie éternelle,

Symbole d'un amour cruel,

Elle éclate, tel l'amour, sur mon cou.

Malgré le profond désir de pleurer

Malgré le dégoût qui m'emporte

Et, bien que mon coeur soit brisé

Je viendrai frapper à ta porte.

Une larme roule sur ma joue,

Et s'en va mourrir dans mon cou.




Dernier jour de vacances en famille, du moins dernier jour avec mes deux puces qui rentrent chez leur maman, et il n'y a pas de mots pour décrire le manque qui va naître dès ce soir...
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 14:20

Une petite fleur sauvage,

Entraîne dans son sillage,

Par les vents déchaînés,

Les lecteurs aventuriers,

Dans de sinueuses lectures,

De mots mis en pâture,

Faisant l'apologie,

Des temps lointains

Du mieux, du serein,

Dans les méandres infinis,

Une petite fleur sauvage,

 Lutte pour sa survie,

Rester dans le paysage

Des âmes meurtries ;

Vous invite à la lecture,

De ses nouvelles aventures.

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 11:10
Comme un avion sans kérosène,
Comme un mouton sans laine,
Comme une coccinelle sans ses points,
Un papillon sans ses ailes,
Comme une fleur sans parfum,
Comme un printemps sans hirondelle,
Comme moi sans toi


Comme moi, sans toi....;




Comme des abeilles sans leur miel,
Comme des mollahs sans leur barbe,
Comme des nuits sans sommeil,
Comme les Pyrénées sans Tarbes,
Comme Laurel sans Hardy,
Comme un Enfer sans Paradis
Comme moi, sans toi



Comme moi, sans toi....

(c) DV 03/2006

Partager cet article
Repost0