Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 08:09
Apeuré comme un enfant,
A l'aube de ses premiers pas,
Il avançait trés frileusement,
Dans les méandres des "pourquoi?"
Que la vie est capricieuse,
Autant que faite de surprises,
Et, comme la destinée est hasardeuse,
Quand le coeur est sous l'emprise,
D'une drogue à laquelle on se refusait
Mais dont on sait qu'on y viendra.
Pour se prémunir des grands froids
Pour la reprendre dans ses bras
Il y a des secrets qu'on ne garde pas.

-----------------------------------------------------------------------------------
Samedi 12 Septembre,
je vais avoir quelques difficultés aujourd'hui au magasin, car je me suis couché à 3h du matin. C'était la Chorale hier soir chez mon pote. Heureusement qu'il y a ce genre de soirée! Il est vrai que tout au long de la journée d'hier avec un travail qui était pénible (dans mes cartes je fais office de receptionnaire, et on a reçu beaucoup de livraisons) je me disais: "Eh mince en plus ce soir on sort!"...Mais en fin de compte je ne regrette rien, c'était vraiment une excellente soirée!!!Lyloue a été super, comme d'hab, dormant malgrés le bruit des voix et des guitares tranquillement... Ce week end j'ai mes deux filles qui nous rejoignent Cool. On va peut-être allé demain visiter un musée et des tranchées à Vimy, au mémorial de la première Guerre Mondiale. Bon samedi à vous, merci à ceux qui viennent lire, même si pour le moment je n'ai pas le temps de venir les voir.... 


Partager cet article
Repost0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 15:11
Le temps nous livre son verdict,
Nous sommes tous deux sous "l'addict"
D'une potion secrète et oubliée,
Jadis appelait-on cela l'amour vrai,
Mais c'en n'était un de Polichinelle
Que l'on cachait sous nos ailes,
Craignant trop le jeu des vérités,
Puis, de se sentir, piégés, surpris,
Rattrapés par nos "actes manqués"
Par ce passé que l'on avait fuis.

Réveillé le trésor englouti!
Les braises chaudes ravivées,
L'étrange impression de légèreté
loin de nos " longs si longs silences"
Des recules, des prises de distance,
De la réflexion et des absences,
Nos doutes et moments d'errance.
Il n'y a pas de quoi s'en priver!
Que de vouloir, si haut, hurler,
Nos " Je t'aime" au tout Paris,
Mon amour, mon amie, ma vie...

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 11:59

Et je continue d'écrire

Pour oublier qui tu as été

Tout ce que tu as pu me dire,

Qui n'était pas très vrai.

Pour contrer mes peurs,

Puis aussi vous les partager,

Pour oublier ces heures,

Où j'ai vécu avec les fées.

Je ne cesse plus d'écrire,
Pour témoigner de ce passé,
Espérer un jour en rire,
Me convaincre de t'enterrer.
Les mots ne font que saigner,
Et, l'homme devient sincère,
Ils ne cessent de pleurer,
Tu es dans toutes mes prières,
Quand Dieu semble s'éloigner,
Quand je suis seul sur terre,
Plus de Saints à qui me vouer
Quand ici c'est l'Enfer.
Les mots sont plus prolixes,
Quand ton souvenir est mordant,
Quand ma mémoire se fixe,
Sur tes yeux jadis brûlants.
Les mots sont témoins,
De ces temps lointains,
Où je croyais en les tiens,
Quand tu portais mon destin.
Je continue d'écrire,
Sans savoir vraiment pourquoi?
Je ne cesse de souffrir,
Tu es si loin déjà...


Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 11:30
Elle se promenait dans les nuages,
Sous un soleil clément, sans ombrage,
Ceux qu'elle croisait, vêtus de blanc,
Lui échangeaient des regards complaisants.
Un valet d'une incroyable beauté,
Vint à sa rencontre la rassurer,

"Il vous recevra d'ici peu, veuillez patienter
Asseyez vous sur ce nuage, prendrez-vous un café?"

Détendue, néanmoins elle ne pouvait que s'interroger.

"Quel est le but de ce rendez-vous?"
"Qui dois-je donc rencontrer?"
"Que fais-je ici où sommes-nous?"

Une grande porte sculptée s'entrebâilla,
Tout un coup, la franchissant, cela lui revint,
Elle était morte ce matin, dans un bar parisien,
Elle se souvint des cris quand elle franchit l'au-delà.

"Mon bel enfant, entre!" Fit une douce voix
"Il doit s'agir d'une erreur au sujet de ton envoie"
"Tu as bien trop agi dans la douleur"
"Je ne crois pas que soit venue ton heure"

"Retourne en bas, auprès de ceux que tu aimes,
"Juste une année, pour les sauver
"Dis leur combien l' amour est éternel
"Combien le temps est précieux pour tout compter".


Elle s'exécuta et ouvrit ses yeux d'enfant
Dans la chambre feutrée d'un hôpital
Loin derrière son coma, elle serra tendrement
Les mains aimées dans une communion théâtrale
Elle décida de vivre une année exceptionnelle
Qui l'emmènera vers le Divin, le Paradis, 
"Pour ne plus rien regretter", se dit-elle

"Je partirai avec lui, par un bel après-midi
"Main dans la main, éternellement amoureux
"Pour nous unir en nous présentant à Dieu"

M@dine 2007....Encore un vieux texte, désolé Aubert!
--------------------------------------------------------------------------------
Des nouvelles du front?
Je suis enfin un peu de repos aujourd'hui. "Un peu" car je gère le magasin depuis mon bureau chez moi, au téléphone, puis je bosse sur l'ordi, en écoutant de la musique sur Deezer (Nick cave, Da silva, Raphaël...R.E.M)
Cet après midi commando CAF à Arras, voir si on pourra obtenir d el'aide pour payer un peu des frais exhorbitants de la nounou qui gardera Lyloue en Octobre...Ca se prépare, c'est triste, d'être contraints de la faire garder, mais que voulez-vous, on a pas le choix, la vie coûte chère et mon salaire ne suffirait pas.
En ce moment, j'ai beaucoup travaillé au magasin, il faut le retaper après les journées record de la Rentrée (On vend de la papèterie, de l'informatique, du mobilier, de la bureautique de l'impression...)...Il y a beaucoup de travail, vraiment.
Une de mes employées (on est que 10) s'est mise en maladie, mais elle avait eu la déliatesse de me prévenir avant (Vive le trou de la sécu, et la malhonnêteté!).
Sur le plan privé, j'ai reçu un avis d'huissier pour payer une vieille dette d'il y a Trois ans.  A l'époque je devais au 1% logement 600€ d'avance de frais de mon appart dans la Marne, époque Halle aux vêtements. Or, je vivais chez ma soeur infirmière après une sévère dépression qui faillit me coûter la vie. Et celle ci avait détourné le chèque que j'avais adressé au 1% logement, sauf que je ne savais pas que c'était elle, Donc: dépôt de plainte, etc...Quand le Lt de Police m'a dit que c'était elle qui avait encaissé le chèque j'étais sur le C....! Depuis un an que je le sais elle aurait dû  rembourser cette somme qui "apartenait" donc au 1% logmt, mais elle ne l'a pas fait, d'où mes ennuis, perso et de famille d'ailleurs, c'est un comble mais c'est moi qui suis mis de ôté avec ce dépôt de plainte, vol et usurpation d'identité dans le détournement d'un chèque. J'ai retiré cette plainte et c'est à moi de payer du coup....Vive la famille!
Ma soeur   fait la morte. Elle part en vacances, mais fait la morte....
Bon voilà les news, à très vite ici, ou ailleurs...J'espère que vous me pardonnez cette sur-activité qui me prive d'instants de partages sur vos blogs


Partager cet article
Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 15:10
Il y a des soirées inoubliables,
Comme toutes celles d'antan,
Où ne tarissaient jamais nos rires,
Où nous étions proches éternellement,
Qu'il est bon de te retrouver,
Et comme j'emporte avec moi tes sourires,

Il n'y a plus de larme ici!
Ni regret, ni maux en crues!


Juste de l'immense, de l'absolu
Juste cette folle envie de dire "merci"
Merci à la vie de m'avoir montré
Le chemin, alors que je n'y croyais plus,
Et que j'en mourrais doucement
Ce soir, tu es loin de moi,
Et à la fois si proche, tu vois,
Plus que nous le fûmes jamais,
Tu es mon avenir et mon passé,
Reviens vers moi me couvrir
Fabriquons d'autres souvenirs,
C'est une revendication tentante
Mais je te préfère débordante,
De vie, même en mon absence
Ma belle, vis, bouge et danse!
Parce que tu es vivante enfin!
Saches que j'emporte dans ma nuit,
Tout ton petit "secret" que je préserve
Afin que plus personne ne se serve
De toi, et de ta générosité infinie.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 15:05
Je pourrais bien disparaître,
Me jeter par la fenêtre,
Que tu ne le saurais pas.
Je pourrais m'enfuir au loin,
Quitter ce pays et mes chagrins,
Décider de recommencer "ailleurs"
De bousculer mon destin,
D'oublier enfin mes heures,
Que tu ne le saurais pas.

Je pourrais bouffer mes médicaments
Me trancher les veines,
Mais il y a toujours ces peines,
Il y aurait encore ces tourments,
Et tu ne le saurais pas.


Je pourrais tout abandonner
Tout quitter sans explication
T'observer dans un coin caché
Même revenir dans ta région,
Et tu ne le saurais pas.
Je pourrais bien disparaître
Tuer mon âme et mes regrets
Me jeter par la fenêtre
Et jamais tu ne le saurais

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 15:41
Des jours, des heures,
Retrouver la confiance
Frein au bonheur,
De toute évidence.
Se sentir prisonnier
Privé du vent
De la Liberté?
L'amour est-il tourment?
Il est tard pour s'interroger.
Ce n'est pas l'important.
Ce qui compte c'est nous.
Taire une relation
Pour taire son flot de questions
Ce n'est pas la solution,
Je le sais que trop bien,
Avec toi, je suis serein
Mais malgré mes envies
Mon passé ressurgit
Les loups grondent dans leurs forêts
Et il convient de s'en méfier.
Il y a ces évidences
Puis il y a mon histoire
Et ces moments de cafard
En pleine résurgence.
Je sais qu'il y a urgence
A fermer le robinet
De ces mauvaises pensées.
Il y a eu ton absence
Et j'en ai souffert
Et cette petite indifférence
Etait un pieu dans mon coeur offert. 


Partager cet article
Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 15:04
Je me souviens
Des champs de blé
De l'odeur des embruns,
De tes chemisiers,

Je me souviens.

Je me souviens,
Des cascades musicales,
Le Hérisson infernal
De ton bras frôlant ma main.

Je me souviens.


Je me souviens,
Des battements de ton coeur,
Quand, assis sur la falaise
J'embrassais ton bonheur
Du côté de Morez.

Je me souviens.


Je me souviens,
Tes baisers au Mont D'Or
Quand ton souffle criait "Encore!"
De nos rires sur les ballots de paille
Quand nos coeurs étaient sous la mitraille.

Je me souviens
C'est si loin....
Pourtant je me souviens bien.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 16:36
Même les oiseaux ne chantent plus,
La ville est triste, les gens aussi,
Les rues bondées sont silencieuses,
Même les voitures ne font pas de bruit,
Le calme règne dans une ténébreuse,
Atmosphère de deuil, si j'avais su
Que ton absence serait si silencieuse.

Les heures passent, et je reste planté
Là, à me demander ce qui s'est passé?
C'est comme si une bombe atomique
Venait d'exploser dans ma vie,
Que je ne contrôle plus et que je fuis,
Comme si je ne sais quel esprit sadique
S'évertuait à me coller la guigne.


Pas un bruit dans la maternelle
Du quartier et chez les commerçants,
Journée morte, peu rassurante,
Lourd silence dans les ruelles,
Parachuté ici, chez les vivants,
Je sens une odeur omniprésente,
De souffre, de Chlore, d'explosion.
Et je déambule dans ce jour gris,
Sans comprendre ce qui s'est passé,
Juste constater mes larmes couler,
Me demander ce que je fous ici,
Planté là, marchant tout droit,
Et, avec dans le coeur ce froid,
Qui me glace, me pénètre, me fige
Comme si la vie s'était arrêtée.


Hélas, je reprends la route,
Vers d'autres lieux obscures
Pris en tenaille par les doutes,
Je remonte dans cette voiture,
Qui soudain s'écrase sur un mur
Mais l'accident ne me tue pas,
La mort, non plus ne m'aime pas.



Partager cet article
Repost0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 05:08
Nous étions dans l'éternité,
Juste éclairés de la lune,
Ses baisers avaient ce goût de salé,
D'envie, et le sucre des prunes,
Je sentais chavirer nos corps,
Brûler nos souhaits "d'encore",
Marathoniens au souffle entre-coupé,
Nous échangions notre douceur,
Comme suspendus dans les nuages,
Au dessus de toutes les horreurs
De cette Terre, avec dans nos bagages,
De l'amour pour toute l'humanité,
Sa langue parcourait ma peau,
Me soulevant l'échine,
Comme un voilier sur les eaux,
Me transportant vers les cimes,
Dans cette enivrante humidité,
Qui perlait sur tout mon être,
Je sentais mes interdits voler
Je faisais au mieux pour paraître
Aussi détendu et à mon aise,
Bien que mon intimité témoignait
Du contraire, durcie sous le duvet,
Prête à se jeter de la falaise
Pour pénétrer dans les eaux chaudes,
Dans les tourbillons infernaux,
Où nos corps mélangés et royaux,
Faisaient frémir les ondes,
Et déchaînaient d'insoupçonnés
Désirs, entrelaçés sous l'oreiller.
Loin des tumultes des Enfers
Nous partagions le goût de l'autre
Dans un amour indescriptible,
Guettant le moindre soubresaut,
A l'écoute des murmures de notre peau,
Du moindre gémissement perceptible,
Loin de toutes pulsions étrangères,
Aux sentiments fous que nous vivions,
Siamois dans les caresses divines,
Nous ne fûmes plus qu'un , et profitions,
De ces délices éphémères où l'échine,
Se voûtait sous l'effort des assauts
De mon corps pénétrant le sien,
La sueur aux creux des reins
Ruisselait comme un torrent devenu sot
Sortant de son lit pour inonder
Jusqu'aux plus secrètes vallées.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques news aujourd'hui Samedi 5 Septembre.
Je sors de trois semaines non stop sans repos avec un réalisé de 211H de travail efectives!!!!!!! Je ne sais pas si vous réalisez la fatigue que cela représente. Même plus la force pour ce genre de chose décrite dans mon poème avec tout ça, pffff!!!!!! Cela dir la pression est à son point culminent, j'ai eu des arrêts de travail, en pleine rentrée des classes (devinez de qui? Ben oui, eux les vilains représentants de la france qui stagne, mes syndiqués) Cela dit on a presque tous les jours réalisés une journée de fou se hissant sur le podium des meilleures évolutions société. Et, aujourd'hui samedi c'est le Grand jour celui du record, le premier samedi après la rentrée.......Vais je le faire?????

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques news du Dimanche 6 Septembre
Hier soir j'ai invité des vendeurs exceptionnellement chez moi, avec ma femme et mon bébé arroser à grands coups de Vodka le record hitorique de ma boite, tant en chiffre qu'en marge qu'en clients. Exemple le premier samedi de rentrée des classes l'an passé à Béthune nous faisions 23 000€ , hier plus de 31! Ce n'est pas le record perso du magasin (Qui date de 3 ans à 32300€) mais cela nous a suffi à couronner une semaine de fous avec la meilleure progression à la semaine de toute la boite, tant pis pour la prime de 1000€ ratée à peu de chose pour record non tombé, mais heureux pour ce que l'on a fait, on a réalisé une semaine de fous, vraiment...et cela nous souffit, on s'est auto-félicité. Et rien de tel que l'auto satisfaction. N'est-ce pas? Aujourd'hui c'est repos, enfin depuis hier soir, j'ai retrouvé ma petite femme et on s'occupe de nous, on se retrouve....Alors je viens de relire ce texte plus haut, et cela me donne des ailes....Oublier sa fatigue, oublier sa fatigue....
Partager cet article
Repost0