Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 16:18
Ils sont là, partout,
Ils te dévorent lentement,
Comme de petits vers blancs,
Ils rongent tout.
T'as beau te jeter
La tête contre les murs,
Ils te parlent tout bas,
Ca te défigure,
On ne te reconnait pas,
T'as beau pleurer,
Le visage est un peu flou,
Mais les images sont là,
Tu finis par devenir fou,
Des barreaux autour de toi,
Ils parasitent ta vie,
Te détruisent impunément,
Ils colonisent ton esprit.
Quel échappatoire à présent?
Ils te mangent la tête ;
Personne ne te comprends plus,
La vie est parfaite!
Ont-ils tous perdu la vue?
Tu voudrais leur échapper,
Qu'ils te fichent la paix!
Dans une armoire à vitrines,
Tu saisies cette carabine,
Le canon dans ta bouche
Ils se disent en riant,
Que tu n'oseras pas!
Tu pleures en appuyant
Ils se déversent dans le sang
Comme l'eau de la douche,
Ma tête s'est vidée enfin,
De tous ces démons malins,
Les vers meurrent avec moi,
Je les emporte dans ma folie,
Je ne pense plus, je sourie
Il n'y aura plus de combats.


Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 15:16

Des mots, des grands mots
Des coups de sang au coeur
De l'énergie qui coule à flots
Colère, colère point de bonne humeur. 

Des pensées malsaines, sinistres
Des humeurs qui chavirent.
Je suis comme un premier ministre
Embarqué dans un mauvais navire,
Mon sondage du coeur est bas
Comme mon moral quand tu n'es pas là.

Des mots, des grands mots,
Des avis de tempêtes
De l'énergie qui coule à flots
Ce n'est pas soir de fête.

Les soucis qui obstinent
Obstruent le coeur, saignant
 Il ne faut pas que l'on devine
Les Démons qui m'habitent vraiment.
Je tourne fou, je tourne rond
Dans quelques mètres carrés
Prisonnier de ces pensées
Qui un jour m'avaleront.

Des mots, des grands mots
Des coups de sang au coeur,
Éclats, et réactions de sots
Manque de vous et peurs.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 15:15
A la terrasse d'un café,
J'étais assis avec mon stylo,
Sous le soleil avec mon carnet,
Et j'écrivais quelques mots.
Je me languissais là,
Rêveur sous la chaleur,
J'aime bien ces moments là,
Répit dans la course des heures.
A la terrasse d'un café,
J'étais assis avec mon stylo,
Ma cigarette et mon carnet,
Et j'écrivais quelques mots.
En regardant les passants,
Qui passaient inlassablement,
Comme des  fourmies enragées,
Sur un peu de sucre collé.
Dans le marc, mon reflet,
Je ne sais plus qui je suis?
Absorbé par mes pensées,
Je réfléchis mieux ainsi.
A la terrasse d'un café,
Assis avec mon stylo,
Sous le soleil, et mon carnet,
J'écrivais deux, trois, mots,
J'aime ces moments d'accalmie,
Ils sont rares dans mes journées,
Quand j'écris ces légères poésies,
Je me sens un peu apaisé.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 06:44
Trois mots puis plus rien,
Te souviens-tu de leur sens?
Trois mots, trois fois rien,
Distillés avec aisance.


Ils renvoient à des questions,
Et toi, que ressens-tu?
Et on se sent tout perdu
L'amour est une révolution.


Trois mots assez égoistes,
Ils insistent et persistent
Recherche d'éternité,
Recherche du beau absolu
Et toi, m'aimes-tu?


Trois mots, soudain le stress
On les a tant entendu
Que leur sens s'est perdu
Dans les dédales de la tristesse.


Trois mots, plein de promesses
Plein de couleur, plein de magie
Trois mots aussi, plein de faiblesse
Sans tes  "Je t'aime", je suis perdu.



Trois mots, puis bouleversements
Trois mots , puis engagements,
Ils ne se disent pas à tue-tête
Ils se lisent dans les yeux,
Lorsque nous ne sommes plus que deux,
Quand les " Je t'aime" sont fête



Trois mots, puis, plus rien,
Trois mots, je m'en souviens bien,
Je les ai cueilli avec les lèvres,
Jadis, m'ont-ils déchiré le coeur, la plèvre.


Partager cet article
Repost0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 05:46
Dans les allées du Luxembourg,
Mon coeur bat chamade et tambour,
L'heure est aux retrouvailles,
Et l'onde explose en mes entrailles.
Tant l'envie et la force
De te voir, me fait fondre l'écorce
Protectrice de ce coeur
A qui l'on a tant promis
La peur, pui soudain la chaleur
On frôle l'arythmie
Dans ce coeur en convalescence
Bat à se rompre les artères,
Que la mort en ta présence
Est alors à bien des années lumière




On frôle l'implosion
Face au rythme des pulsions
Mon coeur est en ébullition
La poudre à explosion,
que tu poses dans tes regards
Me transporte jusqu'aux au-revoir
Me rassure dans les tempêtes
Tu es ma joie, ma fête
Mon coeur bât chamade et tambour
Grace à la force de ton amour.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 15:14
ATTENTION texte fort noir écrit en Hôpital Psy....il y a trois ans:

Je ne suis plus qu'une ombre,
Dans les ténèbres profondes,
Le cocon de verre s'est déprécié
Quelle valeur a un "Je t'aime"?
Quand du jour au lendemain,
Il ne vaut plus que peau de chagrin,
Quand on entend soudain,
Une pause. Et une fin, c'est idem?
Quand les sentiments sont usés,
Alors qu'ils étaient encore si frais,
Il y a à peine quelques jours,
Ça ne vaut pas un clou, l' Amour!
Surtout il confirme mes pensées,
Je ne suis plus fait pour aimer.
Ni pour croire aux contes de Fées
J'en veux à la terre entière,
D'avoir vu dans ses yeux bleus
Autant d' amour et de lumière,
Et de la voir s'en aller, mon Dieu
Tu ne dois pas exister
Pour tolérer telle déchirure,
Pour ignorer mes blessures,
Hélas, on ne meurt pas deux fois,
Et j'ai déjà utilisé mon quota,
Aussi, suis-je condamné au calvaire,
Tu es bien pire que Lucifer
Ton paradis c'est l' Enfer!
Je cracherai sur ton nom,
Je pisserai sur tes églises,
Et dans ton ultime bêtise,
Tu peux m'oter la vie sans raison,
Je ne te redoute moins,
Que je redoute de l'avoir perdue ;
Car, me voilà seul face à mes démons,
Pris dans une spirale à la con,
Où il n'y a pas d'autres solutions
Que d'oublier mes nobles missions,
Satan, voilà un ange déchu!
Je ne te crains pas, il est certain,
Que l' Enfer ne peut être que plus humain,
Je partirai encore au train,
Tu ne viendras plus dans mon royaume?
J'irai tellement, tellement loin,
Regardes dans le creux de ma paume
Les traits cassés de ma destinée,
Pleurons, mon amour,  d'avoir tout gâché,
Je n'ai pas de raison à espérer.
Juste attendre le moment opportun,
Sans le traitement approprié,
Il n'y aura plus beaucoup de lendemain,
A affronter, je sais...Je sais.

------------------------------------------------------------------------------
Mon actualité:
Troisième malade au magasin sur 9 employés, évidemment on ne remplace pas, évidemment on compense ces absences, évidemment on tire sur la corde,évidemment je vais finir par le payer cher au niveau de la santé, par exemple, je suis en repos aujourd'hui, et pourtant je pars bosser jusqu'à ce soir tard sans doute pour compenser le retard accumulé par mes chefs de rayons à cause d eces absences et d'un chiffre toujours plus élevé que l'an passé, on réalise un mois à +20% en moyenne.
Alors je suis déçu, car je voulais me reposer (il était urgent de le faire) en parcourant vos blogs à l'abri d'un coussin de canapé, et Nan, ce sera un tout autre programme!!! 




Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 05:04
J'avais 32 ans à peine
quand je suis mort,
Et je renais de mes cendres.
Je m'attache à défendre
Ce petit trésor
qui boitille et traine ;
Mon coeur dans son scaphandre,
Ne sait s'il peut aimer encore
Encore et toujours aussi fort,
Sans engendrer de nouvelles peines,
Je doute, je pleure , je repense
La vie est curieuse dans votre monde
Aussi, je m'enfuie, transumance
Dans les eaux troubles, profondes
Qui, frissonnantes me guètent
Au moindre faux-pas,
Alors je ne sais pas
Si j'ai ou pas le coeur en fête
Pour longtemps.
Je ne crois plus en moi
Pourtant, je crois en elle
Mais certaines hirondelles
S'envolent rapidement
Dés les premiers froids.
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 10:20
C'est le grand jour, ce matin,
Il quitte le lit  très tôt.
Il prépare son matériel
Il n'oublie pas la bouteille
Son chien trépigne cet idiot!
C'est le grand jour ce matin!

Il charge la voiture
Surtout ne rien oublier
Il astique son armure
Devant son bol de café
Qui va à la chasse
Perd sa place
Dans l'humanité!

Il arrive au lieu de rendez vous
Ses amis l'attendent, bière à la main
Il racontent des blagues sur Hortefeux
Il est heureux il est serein,
Il aperçoit Jacque, ivre et hideux,
Ils vont s'amuser comme des fous!

Il tire sur tout et n'importe quoi
Au moindre bruit dans les buissons,
Bien sur, on n'oublie pas les boissons,
Dans la fôret ils sont les Rois
Rois des cons dans les bois
On voit un bois on tire à trois!
40 balles sur un lapin
Viser juste c'est compliqué!
Une colombe ou un daim,
Tout ce qui bouge ils veulent shooter!

Qui va à la chasse
Perd sa place
Dans l'humanité 
C'est l'ouverture de la chasse
Ca va faire marcher les bistrots!
Il va y avoir des lachés d'idiots....


 
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 23:09
Comme c'est commode!
Avec tous ces tiroirs,
J'y range toutes mes odes,
J' y cache toutes mes idées noires.



C'est mon petit placard,
Je l'ai fermé à clés
Prisonniers dans ces tiroirs
Mes secrets bien gardés.


Oubliés lettres et souvenirs,
Le meilleur comme le pire,
Dans la petite commode,
Coquille de gastéropode.


Elle s'est refermée,
remplie de mes années,
Le temps s'est meublé
De secrets inavoués.



 2008/05,
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour à tous de nouvelles vidéos de ma fille Lyloue (9 semaines) sont disponibles sur son site link
Aujourd'hui en ex prof d'histoire que je fus, je fais suite à une conversation avec mes filles hier soir, nous allons visiter des tranchées de la Première Guerre Mondiale à Notre Dame de Lorette et au Mémorial Canadien de Vimy. Musées promenade dans les tranchées, un long Dimanche....de Famille en somme....
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 15:51
Peuplade méconnue,
Aux confins du Brésil
Vie de Liberté absolue,
Pour quelques familles.



Cuisine basée sur la banane,
Mélangée aux cendres des ancêtres,
Vie communautaire sous un même toit.
Sans la civilisation qui abruti, tu vois?
Un sorcier dans sa cabane ;
Sans sonnette ni Internet!


Les rares preuves de civilisation,
Des récipients en aluminium
Ils craignent qu'un jour les hommes,
Parviennent au bout de leur détermination.



"Travailler" seulement quatre heures,
Pour survivre dans le vrai bonheur,
Ni stress, ni divorce, ni chômage,
Pas de profit, mais le Partage.


Leur lieu de vie est menacé,
Pourquoi exterminer la fôret?
Mines d'or pour les gouvernements,
Qui n'ont que faire de quelques gens!


Plus aucun lieu sur cette planète,
Où l'on puisse vivre sans se soumettre,
Alors, sauvons les Yanomani!
Qu'ils ne gouttent jamais à notre vie!

Partager cet article
Repost0