Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 17:09
En perte de vitesse,
En perte de repère,
Le coeur est faiblesse,
Les loups sont prospères,
On perçoit la lumière,
Le soleil est merveilleux
Puis on trébuche à terre,
Sur un pic rocheux.
L'amour est fragile
Un bâtement de paupière
Une larme sur les cils
On ne voit plus la lumière.
Plusieurs directions,
Des choix à prendre?
Retour des sensations,
Le coeur peut se fendre.
Diverses optiques
Pleins de chemins
L'amour est multiple
Chacun le sien.
Les loups sont légions,
Et de toute façon,
L'amour est personnel
On ne peut l'influencer,
On ne peut tout décider
La peur du fusionnel?
Suivons nous la même route?
Alors, pourquoi ce doute?
Un pas en avant,
Un autre en arière,
Je perds mes repères
Comme un petit enfant.




Partager cet article
Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 13:30
Pas de prise de risque
Mais tout pour le fric
Epoque du culte de la frilosité
On fait l'amour sur dvd,
Principe de précaution,
Vie en bulle stérile,
Avec de bonnes fréquentations
Comptes en banque fertiles,
Dictature du risque zéro
On vénère les anti-héros,
Tout est toujours prudence,
Plans de retraite dés l'adolescence
On stigmatise les fumeurs
Les libertés s'exterminent
On vit dans le noir et la peur,
Traitant son voisin de vermine,
On cherche sa bonne étoile
Mais elle s'étiole sur la toile,
On nait dans un shéma fermé
Une bulle apocalyptique
Qui à force de gonfler
Explosera ce monde cynique
Démagogues pas vraiment poétiques,
Traque des derniers utopistes
Derniers humains, derniers idéalistes.
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 13:34

Le soleil semble se froisser,

Il ne peut plus supporter,

Qu'un astre lui fasse de l'ombre,

Dans les méandres de la grisaille.

Il perd de sa vivacité

De sa chaleur, de ses couleurs

Il se meurre esseulé

Jalousant l'astre lueur,

Qui sur cette terre rayonne sur nous.

Elle brille dans la vie des mortels,

Défiant Dieu et le soleil

Elle s'est mêlée à la tempête,

Adieu les orages, oracles, fêtes

Fusion des éléments s'aimant.

L'astre et la tempête depuis,

S'unissent pour répandre leurs joies

Comme des étoiles scintillantes,

Et dans cette osmose communicative,

Ils nous sourient dans une joie criante.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 13:59
La nuit tombe enfin,
S'éteint une longue journée,
Marivaudant loin des êtres humains,
Il en était finit de marner.


S'essouffle une bougie parfumée,
Dés l'instant où ses yeux se ferment
Je me rapproche alors pour la serrer,
Et sentir enfin la chaleur de son épiderme.


Elle a besoin de temps pour extérioriser
Des sentiments qu'elle dit éprouver,
Me privant de tendresse, de contacts, de baisers
M'aimant qu'avec des mots, déconcertant!


Elle a cette incroyable faculté
De s'effondrer à peine couchée
Comme ils me manquent ces calins!
Rassurants, doux et instants sereins.


Alors je m'approche de son dos,
Comme un noyé ciblerait la rive
J'oublie un instant contre sa peau,
L'inutilité de ma vie, et ma dérive.


Elle dégage une éblouissante chaleur
Ma petite cheminée du bonheur
Même si je me contente des miettes
Même si mon coeur n'est pas à la fête!


Le duvet de sa peau contre mes joues
Est la dernière illusion d'un "nous"
Je l'enserre et l'embrasse avec tendresse
Oublie éphémère de mes manques et de ma détresse.


Mes doigts effleurent la surface satinée
De sa peau de bébé qui me fait craquer
Qui me fait oublier que je devrai la quitter
Car je n'existe dans son coeur qu'à moitié
Du moins suivant la définition de ce qu'est d'aimer.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 13:40
Les gens sont sots,
Ne profitent pas de leur vivant
Des gens qu'ils aiment,
Depuis mon nuage là-haut,
Je les regarde avec amusement,
Et colère aussi, même.
Je vois leurs peines,
Qui se résolveraient
S'ils se parlaient
Au lieu de couler les haines,
Savent-ils qu'une fois mort
L'amour fait plus mal encore,
Ils perdent leur temps
Se chamaillent en enfants
Si j'avais eu du temps, aujourd'hui!
Je lui aurais dit que je l'aime
Que je l'ai aimé toute ma vie
Que j'ai cru que c'était idem
Et que c'est pour cela
Que je la regarde de là-bas
Dans ma grande maison,
Aux volets clos sur ce monde
Là où je repose sous ma garnison,
De jonquilles et de roses
Sur ma dalle ensoleillée
Prés de la croix martelée,
De mon nom, décédé.
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 17:16
Ta tête contre ma poitrine,
Je n'ai eu que cette image
Comme des roses sans épine,
Je t'aime davantage.
Moi qui doutais de tout,
Me voilà enclin à la confiance
Je vais te faire une confidence,
Je suis devenu fou,
De tes sourires angéliques,
De tes regards enigmatiques,
Mon amour déborde généreux
Lorsqu'il se reflète dans tes yeux,
Plein d'espoir de construction,
Plein d'envie de conjuguaison
Multiples et infinies
A l'image de cette magie
Qui nous habille enfin,
Loin du temps des chagrins
Immémoriaux et ravageurs,
Qui avaient condamné nos coeurs
Dans des tombeaux de solitude
Je n'ai plus qu'une seule certitude
T'aimer pour toujours,
Je me dépèche et je cours
Caresser ton coeur, le bercer
De mille baisers passionnés,
Mon amour d'éternité.

M@D, Lille 29.03
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 17:23
Tu n'as pas posé de question,
Et je t'en suis grée.
Mes larmes coulaient,
Chaude effusion.
C'était la fin d'une histoire,
Mêlé aux peurs intestines,
S'envolent les vieux cafards
Je sais cela sordide
Parfois suis je candide
Fermer à clé les placards.
Mes larmes coulaient,
Je ne souhaitais parler.
Des images brûlantes
Vois-tu, qui me hantent,
Tu n'as pas posé de question,
C'était la meilleure solution
A m'apporter.
Des bras, des caresses,
Expédient mes faiblesses,
Loin dans le ciel,
Baisers au goût de miel,
ces larmes sont passées.
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 17:06

Une saison nouvelle.
Pleine de rayons,
De rayons de soleil
D'arcs-en-ciel.
Pleine de questions,
Une saison nouvelle.
Mes hivers lointains,
Ne sont que souvenirs,
Du goût et des rires,
Le Passé s'est éteint.
Le plein de lumière
De fleurs sauvages
Une nouvelle saison,
Loin de mes Enfers
Lueurs dans les nuages.
Je n'ai pas les solutions.
Vois-tu je suis de ceux
Qui s'étonnent d'être heureux,
Une saison nouvelle,
Loin des dernières grêles
Une pages s'est tournée,
En attendant l'Eté
Je me perds en rêveries
J'aime flâner
Dans la lumière infinie.
J'avance pas à pas
Vers l'autre "moi",
Une saison nouvelle
Loin de toi
L'hirondelle!

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 13:33

Les belles images,

De ma fleur sauvage,

Parfumée de lavande,

De sa lointaine lande

M'ennivrent l'esprit 

Eveillent mes sens,

Jamais ô jamais flêtrie

Fière de ses nuances,

Elle dévore le soleil

Puis capte la lumière

Perpétuel bain de jouvance

Là-bas, fond de France

Belle au gout de miel,
 
Eternelle comme l'éveil,

De la nature au matin,

Quand ça sent bon les embruns.

Belle mais éphémère,

Fragile sur sa montagne,

Ton parfum me gagne,

Je te coupe à la racine

Et t'emporte avec moi,

Et personne ne devine

Que tu mourras dans mes bras

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 06:36
Mon bébé c'est une étape nouvelle
Aujourd'hui tu te feras belle
Pour aller rencontrer ta Nounou
J'ai un noeud dans le ventre, je suis fou
D'angoisse, de stress,  à cette idée
Quelqu'un d'autre qui puisse te garder
T'embrasser, te regarder grandir
T'élever par procuration
C'est un début d'émancipation
A peine 4 mois et on te voit partir
J'aurais la tête ailleurs aujourd'hui
J'aurais la tête à ton sourire
A tes yeux bleus pétillants, si jolis
Ce sera une difficile journée
Pour toi, qui sans doute, pensera
Que nous t'avons abandonner
Et pour nous, l'Enfer sera
De t'avoir confiée, mon bébé




Partager cet article
Repost0