Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 12:14


Voici MELANIE, ma petite femme qui porte notre enfant.

Mélanie a 28 ans, elle est née à Saumur , MAine et Loire.

Nous nous sommes rencontrés au travail, chez T., à Tours en Janvier 2007.

Mélanie était à Poitiers à l'Automne quand nous nous sommes mis ensemble.

Dans l'attente de me rejoindre dans le Pas de CAlais,

elle travaille à Saran, Loiret., et vit dans le Loir et Cher, près de Blois.
Pour l'instant nous hésitons entre deux prénoms pour ce petit gars qui arrive
Arthur?  Jules?
Ben, oui, elle m'a refusé Axel, sa soeur s'appelant Alex, 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 11:49
On veut
Du piquant à volonté!
Du fric à tout gâcher!
Écraser pour exister!
Des mensonges à souhait.

On veut
Du sexe à profusion,
Des partenaires à foison,
On diffuse le poison,
Sentences et exécutions.

On veut
Se servir sans payer,
Tout pouvoir s'acheter
L' amour, la vie, l'amitié
Se gaver à gerber!

On veut
Perdre la mémoire,
Oublier ces histoires,
Où l'on était peu fier
Aigri et amer.

On veut
Le plus bel écran de télé
Dire "merde" et se tourner
Tout faire partir en fumée,
Mordre pour ne pas tomber

On veut
Vivre pour soi
C'est déjà ça,
Marcher sur les autres
Pour être des vôtres!
Partager cet article
Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 14:12

Il y a quelque chose dans le vent,
Comme un tourbillon de mots,
Une tempête de sons là haut,
Qui bruisse dans mes oreilles,
Dans les rues tristes de Creil,
Ils chuchotent dans ma tête,
Je l'entends, là, en marchant,
Le vent est mon confident,
Il me murmure des secrets,
Que je ne peux vous divulguer.

Il y a quelque chose dans le vent,
Des bourrasques de sentiments,
Qui me soufflent des idées noires
C'est un vent sourd et blafard
Qui glace le sang, ce soir
Je l'entends dans le brouillard
Qui me parle d'idées saugrenues
D'une vie qui aurait disparue
La mienne, ici et maintenant,
J'ouvre les yeux dans l'affolement
Et je ne suis plus vivant,
Je suis là haut dans le vent
A mon tour je chuchote aux passants
Il y a quelque chose dans le vent.

Madine (c) 2009 


J'en profite pour vous rappeler l'existence du blog de ma fille Laurènelink 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 14:15
CONCOURS POETIQUE DE ENRIQUETA


Les mois s'enchaînent,
Triste évidence!
Ma déprime traîne
Sa peine sur la France
Météo déprimée,
Je vois défiler le temps,
Et, les régions, mais,
Rien ne change pour autant,
Toujours éxilé,
Sans amis, ni foyer.

Sur la route,
Sur la route
Sur la route....

Je pleure encore la nuit
Sur les ruines de ma vie,
Il est de ces éternels chantiers
Et le maçon semble se lasser,
De gare en gare je n'oublie pas,
D'hôtel en hôtel, je pense à toi,
Je rencontre des tas de gens,
Et je les quitte aussitôt.
Ne plus jamais s'attacher.

Sur la route,
Sur la route,
Sur la route.....

Je n'aurais su le faire avant,
C'est qu'avant, je rêvais,
C'est qu'avant je savais dormir,
C'est qu'avant, j'idéalisais,
Je faisais confiance,
Puis ces routes de France,
M'ont appris mensonge et distance
Et me rappellent mon isolement
Comme il est loin ce temps,
Où j'avais un doux foyer,
J'erre comme une âme en peine,
Et je sais maintenant, oui, je sais,
Je ne serai jamais plus le même...

Sur la route....

M@dine (c) Juin 2009
Partager cet article
Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 14:14

Les larmes creusent mes joues,
Tsunami de tristesse,
Elles rongent mon cou,
Rognent toute allégresse,
C'est comme une entaille,
Une profonde déchirure,
Un grand coup de cisaille,
Une douloureuse blessure,
Se nourrissent de souvenirs,
M' ôtent tout plaisir,
Elles formes des crevasses ;
Épaisses comme des fausses communes.


Les larmes se déversent
Comme torrents et averses,
Noircissant le bleu de mes yeux,
Qui vomissent le temps où nous fûmes deux,
Elles cannibalisent mon coeur,
Orphelin sans ton odeur,
Elles dévorent ma peau,
Il y a trop plein de "trop"
Trop de vide et d'absence!
Et surtout trop d'indifférence!
Petites boules acides qui roulent
Qui perlent au coin des lèvres,
De mon coeur coule cette sève,
Gouttelettes de mes rêves qui s'écroulent.


M@dine  Tours, Janvier 2007

ET POUR PASSER DE MES LARMES AUX BONHEURS DE LA VIE VOICI UN TEXTE DE MARIElink
POETESSE EXCELLENTE DONT JE ME PERMETS DE VOUS METTRE A LA SUITE LE TEXTE TANT IL M'A TOUCHE
ALLER LA FELICITER ET L'ENCOURAGER DE MA PART, ELLE EST BRILLANTE!!!!!!

Visage offert à l'air doux du soir
Mes cheveux éparpillés sur mon front.
Fermer mes paupières et m'enivrer de ton parfum.
Tes bras enserrent ma taille dans le noir
Ressentant la chaleur de ton corps dans la pénombre
Et ton souffle chaud au senteur de jasmin.

Tes doigts fouillent ma chevelure
Ton regard me pénètre comme pour lire mon âme.
Impression bizarre qui me transcende
Mes sens impatients d'un proche futur
Ton pouce dessine ma joue frêle et pâle
Dans tes yeux je recherche le moment.

Envie de ta bouche que j'accapare,
De tes lèvres sur les miennes se poser.
Mêler nos langues dans une folle ronde
Goûter la saveur de ton nectar.
Cette terre quitter et t 'emporter
Vers l' euphorie  d 'un autre monde.

Mon corps tout entier s'enflamme
Sentiments de désirs faim de plaisirs
Besoin d'être tienne sans aucune retenue.
Quittant ton baiser je t'invite dans mes traces
Jusqu'à la rivière de l'amour te conduire
Et sans pudeur, devant toi me mettre nue.

Moment magique d'un partage
Duel amoureux, bataille savoureuse
Etreinte de douceur aux gestes sensuels.
Chercher dans l'autre le bonheur fugace
Moment divin d'une jouissance délicieuse
Mourir dans tes bras et sombrer dans le sommeil.


Partager cet article
Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 14:13

En ce Dimanche de finale de Roland Garros, j'en profite pour aller glaner des infos sur ce groupe que j'aime, mais que je ne connais pas COEUR DE PIRATE, encore un grand (et nouveau) talent Québécois....Décidément!
Je vous lassie découvrir si le coeur vous en dit...
Bon c'est sur ça change de TRAVIS que nous écoutions ce matin en arpentant les départementales du Pas de Calais, avec ma chérie pour aller récupérer des fringues de bébé ( Pour LYLOUE) gagnées, enfin plutôt achetées, sur EBAY!
En somme je passe un dimanche sans Maman, à surfer en glandant donc, pour me remettre d'une délicate semaine éprouvante au magasin, et plus que difficile en Chiffre....C'est la Crise!!!
Cette semaine j'ai retenté l'expérience de faire passer les oraux  des BTS d'un Lycée du coin, pour lequel nous prenons des étudiants de temps à autre, notamment en MUC, Management. C'était excellent, il y eut du trés trés bon, et du trés mauvais ( du genre qui ne sait pas calculer une TVA ou une marge, ouïe!!!!!! Ca promet!
Cette semaine fut aussi le théâtre d'un affrontement entre une nana de mon magasin et moi.
Ca m'a rendu dingue!
Elle me réclamait une journée de CP (congés) alors qu'elle sortait de 15 jours de CP, 5 jours avant. Cette demande datait de Février. Sur le coup j'accepte, ne sachant pas qu'il lui reste non pas deux jours mais un à poser. Depuis cette validation, et juste avant ces vacances, je m'aperçois de cela...Du coup je valide son samedi (hier) mais refuse son vendredi. Jusque là tout baigne, mais jeudi soir après la fermeture, elle appelle un de mes chefs de rayon, et lui signifie qu'elle ne viendra pas travailler le samedi...Ne tenant pas compte de mes mises en garde...Du coup, puisqu'elle est syndiquée et qu'elle se présente aux élections du CE, je prends des gants, fulmine qu'elle me confirme sa défection du samedi par SMS (pour qui se prend -t-elle?) à 22h25 le jeudi soir!!!!! Ca me permet de réagir vachement! C'était mort pour m'arranger et la remplacer au pied levé!!!!! Je suis furieux! Le lendemain je découvre en revenant du Jury de BTS, que son syndicat FO m'a adressé un courrier plus que déplacé, injurieux, et calomnieux...sauf qu'ils ont mis en copie ma direction, au siège, et toutes les messageries de mes collaborateurs.....Je suis furax, grave!
Demain, Madame rentre....Je ne laisse pas tomber l'affaire, je la convoquerai à un entretien...Elle avait des horaires fixés pour vendredi, et à mon sens c'est de l'abandon de poste....Je me laisserai le temps de bien gérer cela.....et de la recevoir à plusieurs...
En attendant, c'est une guerre ouverte, un refus de se soumettre à son directeur, et bien des ennuis qui commencent pour moi.....comme pour elle aussi, car connaissant l'oiseau, la moindre réaction à ce qu'elle a fait (qui ne se fait pas, non mais!!!!) sera assimilé à du harcellement, non?
Bref, voilà un bout de ma vie.....
Pour en connaître plus sur moi, car c'est rare que j'écrive sur ma vie, autrement que par poèmes interposés.
Bonne fin de week-end à vous tous....      
Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 14:17

Je suis loin de vous,
Si seul sans vos rires,
Si loin de vos larmes,
Il n'y a rien de pire,
Aucun autre drame:
Me séparer de vous,
Mes drôles de femmes,
La vie n'est pas
Non! Elle n'est rien
Sans vous je crains,
Mes joyaux infinis
Mes trésors d'innocence,
Mes petites tendresses,
Mes deux belles filles,
Ma grande détresse,
Croît dans l'indifférence
Loin de vous,...
Trop loin de vous,
Les jours sont longs
Bien trop longs
Loin de vous deux,
Loin de mes yeux

A Laurène et Téhane , mes deux amours, enfin...Bientôt trois!

Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 14:16
Vite! Je vous en supplie,
Pensais-je en l'attendant,
Rendez moi l'Amour de ma vie,
Je veux être transporté
Par ses lèvres sucrées,
M'envoler des pénibles réalités,
Et la serrer, l'enserrer.

Boum! Mon coeur fait un boucan,
Infernal, comme hors du temps!
Paris est un carnaval masqué,
Face à notre monde jamais voilé!

Marchons dans les rues,
Qui voient nos âmes à nue,
Petit restaurant, grande tentation,
Le soldat du Panthéon en a eu des frissons!

Les gens nous dévisagent 
Il est vrai que nous ne fûmes pas sages!
Nous sommes leurs pauvres drames
D'un temps lointain et oublié
Tous ces gestes qu'ils n'oseront plus!
Comme autant de regrets qu'ils ont vécu.

Et l'on se fout de cet étouffant entourage,
Nos coeurs serrés s'attirent, et l'orage
Menace la quiétude ambiante,
Sous les assauts câlins de ma princesse charmante.

L'attraction est à notre table,
La gêne est palpable, considérable,
Les gens épient nos baisers, nos mains,
Unis comme dans un serment divin,
Esseulé dans ce monde alentour,
Nous devenons aveugles et sourds,
Quand de bien belles idées nous effleurent,
Mais Chut! Il n'est pas encore l'heure


Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 14:19
Le paradis est fragile,
En un battement de cil 
Je le regarde s'effondrer
La terre a cessé de tourner.



Un battement de cil,
La vie qui chavire,
Comme un navire,
Elle coule, tranquille.



Un battement de cil,
La vie s'en va et file,
A vive allure, ténèbres!
Je ne sens plus tes lèvres.



La tempête attise le mal
Dans le grand feu estival
M'ôte la vie, et se défile
En un battement de cil.



Un battement de cil,
Je fuis, je m'en vais
Loin des vents mauvais
Loin des tourments difficiles.



Loin des heures hostiles,
Le dernier souffle coupé
Je me saigne, muet
En un battement de cil.



La lune dormait paisible
Je l'ai rejoint un Eté
Et nous ne cessons de parler
Des battements de cil.

M@dine

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 11:08

18h par mois, C'est pas grand chose!
C'est tout ce qu'il me reste avec vous.
Il faudra bien faire quelque chose
Pour faire cesser cette bêtise
Le sacrifice de nous
Que ta colère attise
Quelle dose de cruauté
Pour faire souffrir ses propres enfants?
Peut-on dire les aimer vraiment
Lorsqu'on les prive de ma paternité?
Elle fait de moi un drôle de Papa
Qui n'existe plus qu'au travers de poésies
Et mes maux que vous lisez, mes filles
Seront les témoins de mon combat.
Un  jour vous me lirez enfin
Vous verrez qu'au delà des centaines de cartes postales
Au delà des tas de jouets, des sorties infernales

Ces mots sont gravés dans l'éternel, c'est certain

Je vous ai attendu une grande partie de ma vie
Vous étiez mon combat d'amour, en vain.



Partager cet article
Repost0