Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 11:04
Vos volets sont clos,
Moi, prisonnier dans mon enclos
Le plus sauvage des animaux,
Je tourne comme lion en cage
Je sens que me vient la rage,
De vous imaginer derrière ces volets
Je suis enfermé dehors
Je veux hurler plus fort
Mon dégoût de ne pas vous voir
Vous entendre et vous serrer
Peut-on enfoncer
Cette porte qui nous sépare?
Mais les animaux enragés
On finit toujours par les piquer.




Vos volets sont clos,
Pas un bruit ne s'échappe,
Je ne trouve plus les mots,
Pour décrire ma vie qui dérape
Elle vous a sûrement emmené,
Loin de la honte qui la taraude
Je voudrait m'immiscer en fraude
Dans cette maison aux volets fermés
Y retrouver un peu de votre odeur
Toucher quelques uns de vos habits
Chercher réconfort et lueur,
Un bout d'espérance infime






















Mais, vos volets sont clos


Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 21:07
Des moments ô combien remplis,
Où Dieu lui même semble s'oublier,
Des instants de magie en vie,
Bien loin du pacte scellé.
J'ai donné jadis la main à Dieu
Qui me l'a prise non sans préciser
"Un jour tu pourrais avoir à regretter
Réfléchis-y en pensant aussi à eux".
"C'est tout réfléchi, dis-je, épuisé.
Pour être certain de mes choix,
Il me permit de la rencontrer,
A vive allure vers la cité des rois,
Mon divin présent s'impatientait.
"Je t'attendais de tous temps" dit-elle
Et je compris qu'elle savait....
Comme moi, elle cachait ses ailes
Pour sauver seul le monde entier,
"Le temps nous est compté" avançais-je.
"Alors, ne le perdons pas en regret"
La communauté nous a choisi
Il n'y a plus de question à poser
Quelques mois, un an? Une éternité?
Pour s'aimer dans l'infini
Puis s'entourer un matin de nos ailes
Reprendre notre place auprès de lui.
Lui dire que l'on a enfin compris,
Que rien n'existe sans la volonté éternelle.
Nul rêve n'est inaccessible
Tant qu'il s'accomplit paisible,
Sans ne jamais heurter ni blesser.
On s'aime dans le repos absolu
Même si on ne vous écrit plus.

It was a story you can't bellieve in it,
That's why, we're waiting for you
In paradise we can show you
Never deseperate, never throw it
God's angels were falling in love,
God's angels we're falling in love.


Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 14:08

 

Maria Laetizia Ramolino,
Mère d'un légendaire héros,
Sauveur de la Révolution,
Empereur de la Grande Nation.

Mère du Roi des rois,
Vainqueur des prussiens à Iéna,
Repoussant les russes derrière la Mosk'va,
Libérateur, les peuples se prosternent à toi.

Génie militaire contre toutes coalitions,
De quoi obtenir la fierté de sa mère,
Grand triomphateur de toutes les guerres,
Orgueil d'Ajaccio, et des légions.

Maria trembla pour toi Napoléon,
Avec les défaites de la Nation,
Et aussi quand Louis prit ta place,
Sans se méfier de ton coup d'audace.

Elle dut porter ton deuil quinze années,
Persuadée qu'à Sainte Hélène, les anglais,
T'avaient assassiné pour ne pas revenir,
A nouveau, et reconstruire notre Empire.

Toi qui connaissais le nom de chaque soldat
Toi, qui en Russie n'a jamais eu froid,
Héros mythique du peuple français,
Père d'une France moderne qui t'aimait...

Lille, Madine (c) 1997 Maîtrise d'histoire politique...
Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 14:06
Cette petite fumée bleue dans le ciel
Cinq minutes de paradis artificiel
Une bouffée d'oxygène dans mes poumons,
Cinq minutes, et mes idées partent en fumée.


J'écope mes tristes et mauvaises pensées,
En prenant ma clope, ce vieux démon!
A pleine gorgée jusqu'au mégot,
Les volutes dégagent des signaux.


Un jour, elles auront ma peau!
Cinq minutes et mes doigts se délectent,
L'enserrant comme l'araignée sur l'insecte!
Le temps pour vous de me lire et ce fardeau
Ne sera plus que cendres et poussières.



M@dine Lille 19/5/8, (c) 
Texte que je présente au concours régional de la Région Poitou -Charentes, sur le thème: " Cinq minutes"  
 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 12:27
Mon grand père maternelle nous a quitté le Vendredi 16/01/09, quinze jours après Papa, des suites d'une seconde amputation. c'est un choc, un tsunami affectif qui s'est produit comme un écho à celui du 1er Janvier qui a vu papa s'en aller....Je ne sait qu'en dire, je crois que je vais écrire sur cette formidable personne qu'il a toujours été. Papy était un resistant de la première heure, comme j'ai apprecié le préciser lors de la cérémonie d'hier devant l'asseblée, dans un hommage que j'ai eu la douleur d'écrire et de lire, ce qui devient une facheuse habitude. Evadé à de nombreuses reprises des camps nazis, notamment Ravaruska en 1943, il en a gardé des séquelles nombreuses. Il fut décoré de la Croix de Guerre, Croix du résistant, croix des déportés....8 médailles et le drapeau tricolore ornaient son cerceuil. Un porte-drapeau témoignait de la grandeur de l'homme, de sa valeur. Je suis fier de toi, papy, comme ta nombreuse famille, tes 5 enfants ( ma mère, très atteinte) , 40 petits-enfants, et 4 arrière petits-enfants. Promis, tu me connais, j'écrirai en ton honneur ces jours ci, un texte reprenant ta vie, persuadé que de là-haut, dieu t'en fera lecture. Toi aussi, après Papa, tu vas cruellement nous manquer.
Dam . 
Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 12:18





Dimanche ensoleillé dans le Loir et Cher,
Je traîne près de la cheminée, clope allumée
Je pense aux derniers souvenirs de mon père
Qui le premier jour de l'année, s'en est allé.

Les roses ne meurent jamais, disait-il
Comme la rosée, une larme perle sur mes cils,
Je repense à tes jeux de mots, parfois douteux,
A nos fou-rires anodins des jours heureux 

Un bébé arrive dans mon foyer cet été,
Je vois le ventre s'arrondir loin de moi
Un petit gars, un peu de moi, un peu de toi
Un peu de soleil dans mon ciel voilé.

Nous passerons te voir dès que je le pourrais
Et même si le temps me fait défaut,
Nous discutons toujours dans mon cerveau,
Et je ne cesse pas de t'aimer 
Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 11:35
-Nous avons été lâches?"
Dit-elle sur le chemin du retour.

-"Je crois que ce n'était pas le jour!"
-"C'est ce que croyaient les Apaches,
-Il y a un temps pour tout
-Ce n'était pas le jour pour mourir!"

-"En plus il faisait trop beau!
-Puis l'endroit ma plaît trop
-Je ne voudrais pas le ternir".

-"Nous sommes condamnés, mon amie
-Jamais nous ne cesserons d'errer!"

-"Alors, partons sur ce banc jaunit
-Passons le reste de cette maudite journée
-A bavarder sur ce triste passé".


-"Pourquoi creuser encore dans l'entaille?
-Je ne vois plus rien à ajouter,
-Puis, en parler le fait revivre
-Parlons plutôt de nos funérailles
-Nous n'y avons même pas songé!"


-"Oui, quitte à ce que ce soit mon dernier jour
-Autant qu'il soit le plus réussi
-Allons donc le préparer mon ami!"


Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:11
Ma vie sans toi n'existe pas,
Ni passion, ni intérêt...
Loin de tes bras,
Je cesse d'exister,
Et mon Nord est froid!

Ma vie sans toi n'existe pas,
Tu connais mon malheur,
Mais tu me laisses là,
Juste pour un autre bonheur?

Ma vie sans toi n'existe pas,
Tu me laisses endeuilli, tu vois?
Offres moi un nouveau printemps,
Une autre chance, même un court instant.

T'as beau m'dire de m'faire une raison,
Sans toi, mon monde peut bien tanguer!
Même si  mourrir n'est pas la solution,
Je crois à présent avoir cesser d'exister.

Ma vie sans toi n'existe pas,
Ne pouvons nous pas tenter encore?
Je ne veux pas quitter tes bras,
Ne plus m'endormir sur ton corps.

Ma vie sans toi n'existe pas,
C'est comme une maison sans toit
Ma vie n'était faite que de toi,
Sans elle il fait si froid...
Sans elle, on ne construit pas...


M@dine (c) 2008
Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:10
Ma chère Laurène, ma chère Téhane, voilà une lettre que j'aurais aimé écrire à chacune de vous deux ce soir, ...Espérant que vous lirez ces lignes un jour, quand vous serez plus grandes, quand ces mots auront un sens et un écho particulier pour vous deux. Pas une seule fois je n'ai pas pensé à vous, et il ne m'est arrivé de ne pas vous appeler le soir que quelques rares fois...Bien à vous, mes deux chéries, Papa.

LA NORMALITE PATERNELLE


J'aimerais te regarder dormir
J'aimerais ne plus avoir à partir
Sentir mes larmes aux départs
Voir ces pleurs dans ton regards.

Je voudrais manger avec toi
Je voudrais rire aux éclats
T'aider dans tes devoirs
Rassurer ta peur du noir.


Je voudrais te conter des histoires
De Princes heureux et d'animaux
Sacrés, et de gentils héros
Ne plus nous causer ces cafards.


J'aimerais recevoir tes bulles de savon
Quand tu joues dans le bain,
J'aimerais faire une cabane dans le jardin,
Jouer à l'élastique et au ballon.


J'aimerais te serrer dans mes bras
Plus souvent et plus fort encore
J'aimerais prendre 1000 photos de toi
T'entendre rire encore plus fort.


Je voudrais passé au Primaire
Te récupérer avec ton sourire
Comme quand je te vois si fière
Quand main dans la main on part courir.


J'aimerais te voir grandir
Autrement que sur carte SD
J'aurais préféré mourir
Que de ne pouvoir vivre à tes côtés.


Damien Verhée, Roubaix, 19/05/08

A mes deux amours Laurène et Téhane
à Bruno, dit Cali " Le droit des Pères"



Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 12:36

TROUVER DANS MA VIE TA PRESENCE
TENIR UNE LAMPE ALLUMEE
CHOISIR D'HABITER TA CONFIANCE
AIMER ET SE SAVOIR AIMER


à toi, Papa, je t'aimerais toujours.....

Partager cet article
Repost0