Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 15:06
C'est la fête des mamans
Je pense à toi aujourd'hui
Toi qui m'as donné deux enfants
Toi aussi qui ne m'auras pas permis
De les voir grandir chaque jour
Et de profiter de leur amour,
C'est ta fête et tu les gardes
Sur mon ordinateur je les regarde.
On fait un long chemin à deux
Évidemment il y a eu des bas,
Puis des hauts des plus heureux
Je sais, ça, ça ne compte pas.
Je repense à nos années de Faculté
A nos promenades, toutes ces contrées
A notre vie stable d'autrefois
Ces conversations qui n'en finissaient pas.
J'aimais beaucoup nos discutions
Il me semble que plus rien n'est pareil
J'aimais aussi ta discrétion
Ta robe blanche était merveille.
Ton ventre rond, tes déclarations
Quand tu as su que tu serais mère
Je me remémore nos bons moments
Les déménagements, nos prières
C'est toujours mieux en partant!
C'est toujours mieux de se séparer?
Aujourd'hui je sais que c'était idiot
Je t'ai remplacé pour oublier
Ce que j'avais raté, c'est ballot!
Mais je pense à toi aujourd' hui
Je ne crois pas que tu sois plus heureuse
A vivre seule ta petite vie,
J'ai une vérité malheureuse,
Je ne serai jamais vraiment remis.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 07:07
Un être humain,
Avec ses jours pairs,
Quand tu me prends la main,
Et ses jours impairs,
Loin de toi, et des miens,
Jours pairs quand tu passes,
Moroses quand je trépasse,
De ne pas te voir venir,
Où quand vient déjà l'heure de partir.
Pairs,assoupis sur un sein,
Impairs sans la douceur de tes câlins,
Un être humain.


Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 06:57

Je vais souvent chez le parfumeur,
Voler un peu de ton odeur,
Les essences imprègnent ma peau,
Me plongent dans de profondes eaux,
Où mes souvenirs se noient,




Où notre amour est encore éclat,
Ces senteurs te rendent la vie,
Te sortent de ce tombeau,
Comme elles me sortent de l'eau,
Je respire alors à nouveau,
Et l'odeur se mue en paradis,
Je vois les anges de là-haut,
Vois comme ils me sourient!
Je quitte l'échoppe ravi
De t'emporter encore un peu,
Un banc, un parc, il pleut
Je ris , me caresse, assis
Sous l'oeil médisant des curieux,
Qui n'en saisissent pas les enjeux,
Tu es encore là aujourd'hui
Assise auprès de moi, sous cette pluie,
Un instant, je suis heureux.


M@dine, (c)  Roubaix, 06/2006

www.estee.lauder.com


Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 20:05

DEPRESSION

1erJanvier 2009, mon ami de papa décède à la surprise générale

Mi janvier, décès de mon grand père

Début janvier je change de région et reviens dans le Nord, perte de repère, tout est nouveau

Crise et perte de chiffre dans tous nos magasins, climat tendu, arrivée des syndicat

Accentuation des conflits avec des gens "protégés" mais qui n'en foutent pas une!

Ete 2009, décès de ma grand-mère

Conflit de famille jusqu'au jour de son enterrement

Ma mère me demande une reconnaissance de dette pour de l'argent DONNE par mon père quand j'étais étudiant (je bossais mais ça ne suffisait pas, études de 5 ans coûteuses), désolation

Conflit et insultes (sans témoins) de mes syndiqués.

Grosse période d'activité 70h semaine, plus possibilité de prendre un jour de congés dans la semaine.....Pression des gros chiffres (rentrée des classes) et baisse d'énergie de mes personnes protégées

Pétage de plomb
Mes filles me manquent, mon père aussi, si fort...le travail me prend la gorge, je ne suis pas soutenu par mes chefs de rayons, qui abdiquent depuis toujours face à des gens qui ne bossent pas, craignant un conflit....(Des managers???)
Ce soir réunion importante des chiffres du trimestre (06 à 08) et mon "second" me plante, 4h avant, il peut pas venir....fausse excuse, recherche d'emploi ailleurs etc....
Je me sens seul
Je sais il y a mes filles dans ma tête, je sais il y a la naissance de Lyloue, je sais j'ai une super femme, mais je me sens usé dans les 14h que je passe là bas par jour....
Dépression
Pardon à l'avance à tous ceux qui diront qu'il faut y croire, se battre, espérer, profiter des instants heureux (après 21h c'est pas facile!)
Je craque
Je lâche,
J'explose
Seul.

Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 19:48

S.O.S PAPA.............link


Voilà, elles sont parties ce soir

Et moi je reste là à les chercher partout.

Elles sont rentrées dans leur quotidien,

Chez leur maman, là bas au loin...

Et les larmes roulent sur mes joues,

C'est terrible ces jours de cafard.

On va s'appeler tous les soirs,

Comme toujours depuis quatre ans,

Quel vide dans cette maison si noire

Qu'est-ce que vous me manquez vraiment,

Je n'ai pas faim, j'ai le goût de rien,

Je regarde juste les photos du mois,

Où l'on a vécu enfin un peu ensemble

On a rit, ça me faisait tellement de bien,

A l'idée de vous abandonner je tremble

Ce soir dans mon coeur il fait si froid,

J'ai tant besoin de vos rires dans ma vie,

J'aimerais tant vous emmener à l'école

Je voudrais tant que l'on joue, qu'on rigole

Nos souvenirs me brûlent ici,

Quelle silence assourdissant

Sans vos rires d'enfants...

Vous avoir seulement 48h par mois,

Est-ce que ça fait encore de moi un Papa?

Je pense à vous, mes princesses

Je suis si seul avec cette tristesse...

Je vous aime... 

Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 09:00
Une larme coule le long de ma joue,

Une larme symbole de tristesse,

Symbole de joie, ou de détresse

Une larme coule, et c'est tout.

Malgré mon désir de crier

Je me tais.

Malgré mon désir de mourrir

Je m'efforce de sourire.

Une larme coule le long de ma joue,

Symbole d'une plaie éternelle,

Symbole d'un amour cruel,

Elle éclate, tel l'amour, sur mon cou.

Malgré le profond désir de pleurer

Malgré le dégoût qui m'emporte

Et, bien que mon coeur soit brisé

Je viendrai frapper à ta porte.

Une larme roule sur ma joue,

Et s'en va mourrir dans mon cou.




Dernier jour de vacances en famille, du moins dernier jour avec mes deux puces qui rentrent chez leur maman, et il n'y a pas de mots pour décrire le manque qui va naître dès ce soir...
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 14:20

Une petite fleur sauvage,

Entraîne dans son sillage,

Par les vents déchaînés,

Les lecteurs aventuriers,

Dans de sinueuses lectures,

De mots mis en pâture,

Faisant l'apologie,

Des temps lointains

Du mieux, du serein,

Dans les méandres infinis,

Une petite fleur sauvage,

 Lutte pour sa survie,

Rester dans le paysage

Des âmes meurtries ;

Vous invite à la lecture,

De ses nouvelles aventures.

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 11:10
Comme un avion sans kérosène,
Comme un mouton sans laine,
Comme une coccinelle sans ses points,
Un papillon sans ses ailes,
Comme une fleur sans parfum,
Comme un printemps sans hirondelle,
Comme moi sans toi


Comme moi, sans toi....;




Comme des abeilles sans leur miel,
Comme des mollahs sans leur barbe,
Comme des nuits sans sommeil,
Comme les Pyrénées sans Tarbes,
Comme Laurel sans Hardy,
Comme un Enfer sans Paradis
Comme moi, sans toi



Comme moi, sans toi....

(c) DV 03/2006

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 07:10

Assise dans ton bac à sable,
Tu construis un château de Princesse
Et même si les fondations sont instables
C'est le plus beau, promis, ma Déesse!



On s'est retrouvé dans le parc


Savourant une éclaircie
On s'est amusé cet après-midi
En Belgique, on a échangé les rires
La vie enfin pouvait nous sourire.

On s'est retrouvé dans le parc


Après avoir cru ne pas se voir
Soudain un coup de Trafalgar
Puis nous voilà réunis à nouveau
Ce fut un bien inespéré cadeau.

On s'est retrouvé dans le parc


On a bu du coca en riant
On a goûté en improvisant
Fait les boutiques, et des clins d'oeil
On a shooté dans les feuilles.

On s'est retrouvé dans le parc


On s'est échangé beaucoup d'amour
Après les frayeurs déraisonnables d'hier
On s'est promis qu'un de ces jours
Nous serons trois, unis, et fiers.

C'était un bien bel après-midi
J'ai passé du temps à vous admirer
On s'est dit : vivement   Samedi!
Pour se retrouver et s'embrasser.

Mouscron,BeL,06/2008

à P. leur maman qui a su infléchir sa décision au profit de nos filles.

ASSOCIATION S.O.S. PAPA.FR

Partager cet article
Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 07:06
C'est quoi la vie?
Vivre chacun chez soi,
Travailler seize heures
Tous les jours, loin de toi.
Effleurer brièvement le bonheur
Du bout des doigts.
Vivre chez des inconnus,
Manger seul tous les jours,
Te voir la nuit, mon amour,
Me heurter aux silences,
De mes filles perdues,
Souffrir de ton absence,
Et des jalousies nulles,
Être payé au lance-pierre,
Vivre dans sa propre bulle,
Se contenter de poussière,
Loin des richesses humaines,
Stress et fatigue perpétuelle,
Je pars, il fait noir
Je rentre il est tard.
Travailler, travailler encore,
Privé de la chaleur de ton corps,
Mon ami est mon ordinateur.
Nous parlons à deux des heures!
Je paye à mon lourd passé,
Un tribut bien pesant.
Le week-end, je dois chercher,
Un endroit différent
Pour pouvoir dormir
Tantôt un frère, un parent,
Toujours, toujours fuir,
Dans la vie point de construction,
Ne se font qu'avec le vent,
Et ma tour est en démolition,
Je suis un amoureux errant,
Dans la quête du bonheur,
Qui nous fait si peur,
On se laisse gangrener la tête,
Par des trouble-fêtes,
Qui n'ont que faire de nous,
Sauf à tirer profit de tout....


Partager cet article
Repost0