Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 11:54

Quand il y a le vide autour de toi
Tu tombes, tu tombes, bien bas...
Quand tu cris et qu'on ne t'entend pas
Tu tombes, tu tombes bien bas...
Quand dans la vie tout s'en va
Que rien ne reste, tout s'en va
Tu tombes, tu tombes, bien bas...
Quand les peines ne s'en vont pas
Quand les chagrins meurent avec toi
Il y a ces choses qu'on n'oublie pas
Quand on tombe, qu'on tombe si bas.

Quand il y a le vide autour de toi,
Tu tombes, tu tombes bien bas...
Quand tu fuis et qu'on ne te retient pas
Tu tombes, tu tombes bien bas...
Quand tu baisses les bras
Que rien ne reste, que tout s'en va
Tu tombes, tu tombes, bien bas...
Quand les plaies ne cotérisent pas
Et quand les peines meurent avec toi
Il y a ces idées auxquelles on ne pensait pas
Qui reviennent vous ceuillir dans leurs bras.
Alors tu tombes tout en bas,
Et reste au fond, seul, en bas.....

MR 2010 (c) dans :"Les fleurs sauvages ne meurent jamais"

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 14:54
Je me souviens, petit
Tu me prenais la main,
Tu me montrais le chemin,
Tu me présentais la vie.
Je me souviens, petit
Dans le jardin,
On discutait
Je te racontais
On était bien.
Je me souviens, petit
Tu étais proche de moi
Je vivais déjà mille vies
Pour que tu sois fier de moi
Le tennis haut niveau,
Puis toutes mes poésies,
Mes musiques aussi,
Ma passion des oiseaux,
Je vivais tout avec intensité
Et tout le temps, tu me suivais
Défilé de filles à la maison,
Bonnes notes à l'école
Toutes ces fêtes en idole
Mes multiples passions.
J'étais ton fils à jamais
Un peu de ce que tu aurais voulu être
J'ai fait de si longues études
Car je sais que tu aurais voulu les faire
De là haut, es-tu toujours fier de moi?
Tu me manques papa.

in memoriae Michel Verhée 24/01/1938 *01/01/2009  
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 07:35
4288389370_8d17ef6f04.jpg


Je marche dans les rues

Dévastées, des gens nus
Marchent dans les restes de la ville
Au visage de bidonville
La terre n'est plus mon amie
Avant  je dormais dessus
Et je m'ennuie de mon pays
Qui était si petit

Adieu mon petit pays
Adieu ma famille
Adieu mon île ô Haïti, adieu ma petite terre

I remember my country
Down Memory Lane
The wind is my best friend
It alays blows for me
Neons in the distance
Dear as daylight
Sometimes I think that I'm not of this world
I remember this song

O farewell my country
My carribean island in the sun
O farewell Haïti
The sun I just cant'see

Adieu mon petit pays
Adieu ma famille
Adieu mon île ô Haïti, adieu ma petite terre

Je me souviens du bruit
Des effondrements à Port-au-Prince
Et j'attends le secours des étrangers
A l'aéroport international
Les secours affluaient
Aussi loin qu'ils pouvaient
Des milliers de morts tombés.

I say farewell my country
My carribean island in the sun
O farewell Haïti


selon une chanson de RAPHAEL réadaptée pour l'occasion en hommage aux victimes d'Haïti
M@dine 2010




Partager cet article
Repost0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 13:48
Je reprends mon souffle
Après une pause forcée.
Oublions le travail, acharné
Celui qui nous étouffe
S'asseoir, réapprendre à rêver
Chasser ces pensées
S'ouvrir vers l'avenir
Enterrer le passé
Réapprendre à sourire.
Et cette cigarette
Et ces soirs de fêtes,
Mis de cotés il y a des mois
Où je  n'étais plus vraiment moi.
La lumière éclaire l'ombre
S'éloigne les jours sombres
Re-goutter à la vie,
Avant de ne perdre plus encore
Aimer plus fort
Ça y est j'ai souri!
Me revoilà parmi les vivants
J'espère revenir à présent
Retrouver du goût, de la vie


M@d 2010
Merci à tous mes amis pour leur fidélité en mon absence, ils sont trop nombreux pour tous les citer, mais ils sont chers à mon coeur et se reconnaitront.....Merci à Bouygues Tél et à sa B Box d'avoir bien voulu (enfin) fonctionner.....Merci à mes clients parti solder ailleurs, qui me permettent enfin de prendre quelques heures loin du magasin......Merci à toi ma femme d'avoir essuyer mes pleurs jusqu'à la messe commémorative des an ce Dimanche....

 
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 14:02
LES CRUES D'ECRITS

Ce sont les écrits d'un soir,
Où l'imagination déborde,
Ce sont les écrits noirs,
D'un coeur en désordre.


Les crues d'écrits
Ne sont plus des mots,
Plutôt des cris,
Tantôt des sanglots.


Des écrits contre tout ordre,
D'un coeur que l'on saborde,
Les écrits d'un soir,
Nés de longs cafards.


Ni poèmes, ni chansons,
Juste des mots que l'on assemble,
Ni odes, ni oraisons,
Juste les fruits d'un coeur qui tremble!


Quelques rimes maladroites,
Ecrites les mains moites
Des mots insuffisamment travaillés,
Livrés "bruts", comme une pensée.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 15:14

bonjour à vous tous, mes lecteurs, enfin ceux qui restent....

depuis que j'ai déménagé, voilà quelques semaines, toujours pas de connexion avec la b.box (flute!!!) ....

De toutes façons je ne parviens plus à trouver ni le temps d'écrire, ni le temps de vous lire, pas plus que d'aller facebooker ou Viadéoiser.....Plus de temps, plus de vie sociale, juste un énormissime travail qui use, lamine, tue à petit feu.....
J'ai eu envie d'écrire à plusieurs reprises mais du travail, c'est plus compliqué, on est fliqué!!!!
Ce soir j'aurais plus encore que tous les jours depuis un an, une pensée pour mon ami de père qui m'a quitté il y aura un an, l'an passé, dans la nuit du 31/12 au 1Er Janvier....Je n'ai pas le" coeur au réveillon, ni à la fête, juste l'envie d'hurler très fort son prénom afin que son souvenir, lui, ne meurt jamais....
TU ME MANQUES ENCORE PLUS CHAQUE JOUR PAPA......C'EST SI DIFFICILE JE NE ME RELEVE PLUS.....

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 21:59
Les paysages défilent,
Pas un ne ressemble à l'autre,
Il voyage seul, tranquille,
Triste et pensif, entre autre.


Des champs verts,
D'autres bleutés,
Ce matin il est amer
Dans ses pensées.


Plateaux et vallées,
Bosquets et forêts,
Openfields ou haies,
Paysages variés.


Il traverse la France,
En quête d'une autre chance
Si seul dans ce TGV,
Lille-Toulouse, via Montpellier.


Quelques fermes isolées,
Habillées du gel de l'hiver
Il file comme en enfer,
Vers d'autres contrées.


Les villages se succèdent encore,
Et les architectures diffèrent
Tandis qu'ils font des affaires,
Il se demande si elle dort?


Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 20:16



Ce sont mes deux chéries
Même si elles sont éloignées,
Par les caprices de la vie,
Des adultes et de leurs méfaits,
Par leur égoïsme altruiste,
Et les choix de leur vie hasardeux,
Par mon comportement ambitieux,
Et un poil anticonformiste.


Mes deux Lexomils
Ce sont mes deux amours
Eternels et lointains,
Uniques et sereins,
Elles ont pris pour toujours
Tout l'espace de mon coeur,
Quelques passagères indifférences,
Je crève de trahir leur enfance



A cause de choix qui m'écoeurent
Elles sont la force tranquille
Qui m'empêche de sombrer,
Loin d'elles, mon coeur se vrille
Comme un rat sans ses ballerines,
Un drogué sans son héroïne.
Une canne pour ne pas tomber.
Mes deux Lexomils....


Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 20:13
Assis sur le rebord de ma planète,
Auprès d'un banc et d'une armée,
De pins jurassiens, soleil d'été
Fiers comme des hoplytes en fête
Je regardais des heures durant ma vallée,
Comme on revoit sa vie face à la mort,
Et je la trouvais plus belle que jamais.



Comme sur un nuage au Paradis,
J'étais tombé en amour d'un lieu,
Où j'avais aimé, prié et haïs,
Où je me cachais loin de mon "je"
Amnésique sur cet astre qui m'aveuglait
J'observais ma ville avec passion.
Comme on s'accroche à la corde qui nous pendra,
Je voyais mille lueurs et autant de floraisons,
Puis aussi le regret du temps qui s'en va...



Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 11:57
C'est l'hiver dans mon coeur,
L'amour parti, il est meurtri
Je dois panser cette blessure
Ne plus penser aux morsures?
Je traverse les épreuves,
Comme les ondées le paysage,
Elles marquent mon visage,
La peine fait son oeuvre.
Mon coeur vomi son malheur
Qu'il est loin notre bonheur
Je suis plongé dans le désarroi
A marcher seul, sans toi
Rêvant, idiot, du fameux lendemain
Celui de la confiance, vie sans larme
De baisers sous la vigilence d'un charme
De rires d'enfants, sereins
Tout ce qui offrirait les armes
Pouvant chasser les larmes de mon âme.
J'ai laissé des bouts de moi
Dans quelques paires de bras
Cherchant partout un peu de toi
Pour m'éloigner de ces grands froids
C'est l'hiver mon coeur de givre
Pleure des giboulets ivres
De larmes abondantes et glacées,
Que les saisons ne peuvent réchauffer.
Partager cet article
Repost0