Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 11:12

Je me cache derrière des mots
C'est une sorte de placebo.
Pour oublier une vie égarée
Où je me suis perdu en chemin,
Quand on n'est plus vraiment écouté
On écrit ses petits maux, c'est crétin,
Quand on vit isolé, les mots affluent:
On les couche, on les vomit
Ces mots crachés sont un flux
Un venin, une colère que l'on fuit.
Je me cache derrière des mots
C'est une sorte de placebo.
Ah ça oui, on fait semblant
La famille c'est tellement rassurant!
On se pause un beau jour
Il faut bien tenter d'oublier
On file un bonheur parfait
Il est beau pour le monde entier!
On fait mine d'être heureux
Car le malheur les a fait fuir
L'avez-vous aussi remarqué?
Alors je m'efforce de sourire
Pour oublier ce monde hideux
Mon placebo, c'est pour eux...
Ne pas troubler leur quotidien,
Les rassurer: Oui, ça va bien!
Mais on peut crever de l'intérieur
Sans que personne ne puisse le voir!
On peut pleurer seul dans le noir
Et au petit matin être rieur
C'est une vie du paraître
Les égoïsmes sont légion,
Alors de toute façon,
Il n'y a rien à espérer des gens
Ici, c'est chacun pour soi
J'ai ce noeud dans l'estomac
Qui me gangrene si souvent.
Stop! Je vais arrêter là....
Je pourrais en écrire tant....

Madine (c) 2010
 
 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Une inconnue un peu connue 01/05/2010 00:05



J'adore ce texte je me reconnaîs tellement... souffrir seule dans son coin est si fréquent pour moi...


Je lirai tes textes pendant des heures...



aubert59 14/03/2010 23:01


personne en effet ne peut sonder le coeur de l'homme et souvent nous faisons bonne figure, nous retenons nos larmes, nos rancunes mais nous nous rongeons et nous souffrons, je suis comme toi et
c'est dur la vie
bises


Paloma 14/03/2010 14:42


Bonjour Madine
En gros, disons qu'i y a des blessures qui ne cicatrisent pas, ou très difficilement... ça refait surface parfois...
Bisous étoilés et bon dimanche


Eglantine et Martine 14/03/2010 13:50


Très émouvant. Cela me fait penser à la suite de mes mémoires que j'écris pour quai des rimes ou je dis qu'on peut penser que je m'adapte à tout mais c'est illusoire c'est une adaptation de
surface. C'est ce qu'on appelle autrement la rsilience.... Une façon de survivre.


Arlette 14/03/2010 13:18


Madine on ne peut pas changer le monde tel qu'il est aujourd'hui, mais se prendre en main pour mieux affronter tous ses lendemains qui paraissent parfois vilains... courage et gros bisous