Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 20:40

Ils partageaient au moins cette maison,

Ils partageaient ces quelques chansons,

Une histoire, des souvenirs, et des rires

Ils partageaient le meilleur et le pire.

Ils partageaient aussi deux enfants

Un ou deux  immémorables instants

Mais ils ne partageaient plus leur nuit

La nuit tue les couples qui ne s'aiment plus

Ou qui s'aiment mal, et qui s'enfuient

Qui se cachent derrière d'autres vies.

Dans des rêves où ils retrouvent l'autre

Et où sexe et fantasmes sont apôtres.

Ils partageaient ce cadre, ces photos,

Deux ou trois grandes émotions.

Mais ils ne partageaient plus l'envie

Plus le futur, juste quelques soucis.

Ils partageaient quelques soirées

Se parlaient même sur le réseau

Ils partageaient de grands idéaux

Elles sont éphémères, ces éternités!

Ils partageaient juste leur lit

Quelques heures en semaine,

Mais y a t-il du sang dans les veines

Quand les amants se sont enfuis ?

La faute à qui, quand l'amour fuit?

Comme le courant d'une rivière

Qui emporte un petit bout de bois

Comme un petit vers dans le fruit

Qui pourrit la pomme tu vois,

L'amour est une intarissable chimère

Qui ment jusqu'au bout de la nuit.

 

  Madine Rehvee 09/2010 (c) Les Fleurs sauvages ne meurent jamais.







Partager cet article
Repost0

commentaires

fab 21/09/2010 10:57



L'amour se nourrit mais peut mourir lentement comme un crabe qui vous grignotte jour après jour ... lorsque l'on s'en aperçoit il est parfois trop tard reste le souvenir ... je ne suis pas très
gaie pour te commenter on rencontre l'amour mais la vie vient se greffer et tendre vers la douleur aussi .... bises



fransua 15/09/2010 11:40



bonjour Madine


Contente de partager avec toi ce poème aujourd'hui et je croyais à tord que ton blog ne publiait plus de choses et que tu étais parti sur face-book. Contente de te voir ici


Bises et amitié



Damien Verhee 15/09/2010 07:34



Bonjour Eglantine, ne t'en fais pas jusqu'ici, tout va bien, comme dirait le titre d'un film....Je suis heureux.....dans ma vie de couple, c'est juste un film qui a engendré le débat hier
soir, et m'a donné cette envie d'écrire. Ca revient comme une frénésie ennivrante, l'écriture est le meilleur des remèdes. Bizes chez toi merci pour cette longue fidélité littéraire.....



Eglantine 15/09/2010 07:29



Seul le souvenir reste et c'est encore un partage... J'espère que tu vas bien



flipperine 14/09/2010 23:28



il vaut mieux parfois se quitter que de continuer à vivre à deux malheureux


bises