Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 13:54
Je suis arrivé à l'aube de sa vie,
J'étais parmis les premières textures,
Qu'elle a touché, après les blessures
Le grand traumatisme, et cette folie
De sa naissance. Monde de cruauté.
Premiers contacts à la maternité
Elle m'a emmené chez elle,
Elle m'a pris sous son aile,
Quand elle pleurait dans la nuit.
Ma douceur estompait ses cris
On a grandi ensemble, en siamois
J'étais son confident, son ami
Elle m'a embrassé jusqu'à ses dix ans
Me serrait contre elle, enfant,
Dans ses peines quand elle avait froid.
Elle me faisait racomoder contre l'usure
On m'a réparé quand je me décousais
Puis, elle a grandi, elle s'est éloigné
Ses absences répetées ont eu raison
De notre belle complicité
Dés l'enfance, rien ne dure!
Un jour, avec un petit garçon,
Ils voulaient jouer aux pompiers!
Tandis que je brûlais, ils riaient...
Avant que sa mère ne vienne m'éteindre
Elle n'avait plus besoin de moi
D'autres viendront pour l'étreindre
J'ai fini avec une canette de coca,
Dans la grande poubelle du jardin.
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
pauvre petit nounours je pense ou autrebises
Répondre
M

Pauvre petit nounours wép