Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 13:00
C'est un jour de Noel,
Trsite gris comme la grèle,
La solitude m'étreint
Je me traine dans ce chagrin.
Loin de toi, comme j'ai froid
Nul part où aller.
Tu es en famille, et moi
Moi j'écris mes journées,
Lentes et langoureuses suplices
Qui me déchirent les entrailles
Il n'y a plus de gouvernail
Dans mon coeur complice
D'une tristesse habituelle
Qui malgrés l'amour charnel
M'amène sur des chemins de traverse
Où je me meurs lentement
Perdant mon âme d'enfant
Dans les brumes, les averses.
Je suis assailli par les doutes
Au carrefour de plusieurs routes
Sans savoir vers où aller
Quel chemin pour revivre un peu?
Vous tous qui me lisez,
Si seulement vous saviez
Comment vivre enfin heureux?
Avec une amie qui me cache
Des siens dans un bunker
L'amour ne doit pas connaitre de tâches
Ni d'ombres qui saignent le coeur,
Comment vivre dans le bonheur
Si l'on doit se terrer,
Se priver de toute vie normale
Car la relation interdite peut choquer
Elle est mon employée, moi le patron
Quel avenir sans fuite, sans passion?
Peut on vivre sous les cabales?
Mon Dieu, vois comme j'ai mal
Comme je souffre le martyre
Sans mes filles, sans famille
Ma vie est une drôle de satyre
Et les brûlures y fourmillent
Prêtes à m'achever sur l'autel
Dans un lent et sempiternel
Déchirement sans solutions
Tant les maux sont multiples
Meurt la fleur, ma tulipe
Fâne mon coeur flétrit
Meurt, ma vie....
Partager cet article
Repost0

commentaires