Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 11:54
Au dessus des vallées,
Volent mes pensées,
Mes souvenirs , mes rêves,
là où mon coeur crêve.

Mon doubs , ôh ma rivière,
Sur les chemins de hallage
Nos merveilleux voyages,
Dans un monde éphémère.

Ô mon amour, c'est terminé
Et moi, je t'aime, et je te hais
Je m'en irai abandonné
Mais dans tion coeur, je survivrai,
Mais dans ton coeur, je survivrai.



Sur chaques croix, calvaires
Nos lèvres se sont mêlées,
Sur les berges de Parcey,
Nos coeurs s'étaient trouvés.

Du haut du mont Poupet,
On hurlait notre amour,
On se battait tous les jours,
Contre vents et marées...

Ô mon amour, c'est terminé,
Et moi je t'aime, et je te hais,
Je m'en vais, abandonné,
Je t'attendrai, je t'attendrai
Et dans ton coeur, je survivrai.

Je revois le Hérisson,
Où mes pleurs en cascades,
Regrettent ces horrizons
Dans une lente estocade,

Qu'il est long à oublier,
Le parfum de nos sapins,
Les fleurs que l'on ceuillait
Jachères et bois de pins.

Une térasse au Mont-Roland
Nos prières dans le vent;
Grottes secrètes, sentiers,
Tout paraissait immensité,

Ailleurs dans une contrée
Au bout du chemin enneigé,
Ennivrante odeur de Comté,
Vin jaune à partager.

Photos, je me console,
Instants précieux et figés,
A la collégiale de Dole,
Dieu je t'avais prié,

Ô mon amour inachevé
Et moi je t'aime, je te hais,
Je continuerai de t'espérer
Comme personne n'a osé
Et dans ton coeur je survivrai
Et dans ton coeur je survivrai.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A

un chagrin d'amouril me semble qu'on s'en souveint toujours mais la vie continue et un jour l'amour refleurit n'est ce pas madine ?
bises


Répondre