Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 16:18
Ils sont là, partout,
Ils te dévorent lentement,
Comme de petits vers blancs,
Ils rongent tout.
T'as beau te jeter
La tête contre les murs,
Ils te parlent tout bas,
Ca te défigure,
On ne te reconnait pas,
T'as beau pleurer,
Le visage est un peu flou,
Mais les images sont là,
Tu finis par devenir fou,
Des barreaux autour de toi,
Ils parasitent ta vie,
Te détruisent impunément,
Ils colonisent ton esprit.
Quel échappatoire à présent?
Ils te mangent la tête ;
Personne ne te comprends plus,
La vie est parfaite!
Ont-ils tous perdu la vue?
Tu voudrais leur échapper,
Qu'ils te fichent la paix!
Dans une armoire à vitrines,
Tu saisies cette carabine,
Le canon dans ta bouche
Ils se disent en riant,
Que tu n'oseras pas!
Tu pleures en appuyant
Ils se déversent dans le sang
Comme l'eau de la douche,
Ma tête s'est vidée enfin,
De tous ces démons malins,
Les vers meurrent avec moi,
Je les emporte dans ma folie,
Je ne pense plus, je sourie
Il n'y aura plus de combats.


Partager cet article
Repost0

commentaires

E
that will include both local and cloud-based services.
Répondre
C
Très fort ce poème... tout ce qui se lit également entre les lignes...belle journée à toi Mad, ici il fait très beau profites bien de toute ta petite famillemille bisous et à bientôt
Répondre
A
encore du passé bien douloureuxbises
Répondre
P
Oulala ! comme il est dur de poème, mais je comprends... tu le sais...    Bon week-end !Bises étoilées
Répondre