Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 17:15
Il y eut tout d'abord cette gêne,
Puis cette pièce un peu glacée,
Puis les premiers baisers assènent
Des coups dans nos timidités.
Faisant voler nos frontières,
Eclatées comme le verre,
Les réserves les plus vives,
Les envies sont impulsives,
La terre pouvait bien s'arrêter,
Qu'on ne l'aurait pas remarqué!
Les caresses à n'en plus finir
Qu'il est dur parfois de décrire
L'improbable et le pûre.
Le secret en ces jours de fêlures,
Il fallut un temps certain
Pour partager nos corps enfin,
Se délivrer des timidités
S'embrasser, s'aimer, s'aimer.
La passion était criante,
Nul ne pouvait en douter,
Tes seins, citadelles ardentes,
Je voulais que tu enfantes ;
Dessus je m'y suis égaré,
Quelques instants, je rêvais,
Nos mains se nouèrent,
Pour ne plus se lâcher,
Nos corps se mêlèrent,
Comme les étoiles d'un ciel d'Eté,
Des étincelles plein les yeux,
Myriade d'un couple heureux,
Les étreintes répétitives,
Jusqu'aux dernières lueurs tardives,
La journée se couchait,
Quand nos appétits comblés,
Nous succombions au sommeil,
Craignant le périlleux réveil,
Et la douloureuse séparation,
Dieu que ce fut exaltation,
Et dormir dans ces draps fatigués,
Seul, je me sentais désemparé,
Comme vidé de sens, pleurant,
Sur ces instants si émouvants,
Dieu que nous nous sommes aimés,
Encore, et toujours, à jamais.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F

quand on s'aime le monde autour n'existe plus l'extase du moment de l'instant où tout pourrait s'écrouler qu'on ne le verrait même pas tu reflètes en toute simplicité mais de façon ardente l'amour
autant physique que mental comme toujours tu m'as emportée ...


Répondre
S


Dieu que nous nous sommes aimés, dis-tu!
combien ont dû penser tout ce que tu nous décris si bien,
mes souvenirs remontent,
j'ai envie de pleurer !!
plein de bises


Répondre
A

bonsoir madine, je te vois moins souvent sur mon blog en commentaires
bises


Répondre