Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 13:27
Au retour de l'hôpital, Lespinasse prit le temps de rester encore quelques minutes auprès de son ancien ami, avant que de repartir chez lui au Pertuis. Février lui adressa encore une fois la promesse de le tenir informé s'il y avait du nouveau.
Et, tandis que Lespinasse reprenait l'autoroute pour revenir dans les Bouches du Rhône, une Vito se garait sur le devant d'une grande ferme, au beau milieu de nulle part. Quelques instants après, un médecin arriva.
-Bonjour ! Je suis le Docteur Bastien, je suis là pour m'occuper de votre « invitée », où puis-je la voir.
-T'es qui, toi ? Montre-moi tes papiers que je m'assure de ton identité.
Une fois la vérification effectuée, et un coup de fil auprès de son commanditaire, Jo accepta que le Docteur Bastien puisse entrer dans la fermette, et lui indiqua la pièce dans laquelle il pourrait s'occuper de la patiente.
-Mon Dieu, les gars vous êtes drôlement bien équipés ! On se croirait en hôpital, il a de gros moyens votre patron !
Bastien se dit également qu'il se verrait bien demander un petit surplus d'honoraires. La chambre était équipée de tout le matériel médical qu'il fallait pour opérer quelqu'un.
Au bout d'un quart d'heure, ce dernier leur assura que « sa » patiente n'encourrait aucun risque majeur. Un premier bilan qu'il leur adressa était des plus optimistes.
-Il est déjà 16h, et le Dimanche, les consultations reviennent chères, je repasserai la voir demain, vous pouvez appeler votre patron, et le rassurer. A demain les gars...
Jo composa le numéro de Monsieur sur son portable. Il lui répéta mot pour mot les paroles du médecin, et, effectivement cela rassura son interlocuteur.
*

16h, Vincent qui se remettait enfin de sa nuit à rallonge avec Damara, sa charmante voisine du quatrième étage qui avait pris soin de conserver ses clés la veille au soir, et qui l'attendait « gentiment » nue chez lui. Et quelle nuit, ils firent l'amour dans toutes les pièces de l'appartement d'Etienne. Même dans les toilettes !
Vincent, quelques instants après le départ de Damara se souvint qu'il avait un ami qui devait l'attendre.
-Salut mon pote qu'est-ce tu fais de beau aujourd'hui ?
-Salut, étant donné qu'il est déjà seize heure, je dirais plus rien, je pensais préparer ma journée avec mon meilleur pote, mais quelque chose me dit qu'il a du s'embarquer dans un plus cul à dix balles et qu'il ne me donnera pas de nouvelles et se fera passer pour mort, l'infâme !
-Ah bon ? Tu attendais qui ? Plaisanta Vincent.
-J'arrive Etienne, une douche et je suis à toi si tu veux toujours passer ton Dimanche avec moi !
-T'as intérêt à tout me raconter si tu veux que je te pardonne.
-T'inquiètes, j'en aurais des choses à te raconter, ces Ukrainiennes, des grandes malades, t'as même pas idée ! Elle a failli me tuer, remarques...Ça aurait été une belle mort, un peu à la Molière !
-Tu n'as même pas idée de qui tu parles, quand tu cites Molière, allez pointes-toi, du gland !
                      
                                                                                                                                                 28

 

Partager cet article
Repost0

commentaires