Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 19:22
C'est la nuit déjà,
Le monde se couche,
Ma plume s'éveille
D'autres se douchent,
Mes idées sont là,
Elles n'ont pas sommeil.
Le vent cogne rageur,
Sur des volets fatigués,
La terre semble usée,
Mes congénères ont peur,
Peur de la dernière heure,
Celle que j'attendais.
Cachés dessous l'oreiller,
Elle nous gagne la tempête,
Tandis que dans ma tête
Hurlent des cris stridents,
Agonisent des sentiments,
Mes rêves m'attendaient.
Avec force et vigueur,
Celle des grandes calamités,
La tempête gronde, ses pleurs,
Davantage me font sombrer,
Dans mon univers noir,
Dans ma folie de tourmenté,
De jours sans fin, et fatigués,
J'écris dans mon mouroir,
Dans mon petit coma blafard,
Vous me regardez par le miroir
Par cette fenêtre où vous me lisez.
Cet avis m'importe peu,
Et m'amuse comme dans un jeu,
Les cauchemars ne s'oublient pas,
Un peu comme ces tempêtes,
On ferme les yeux dans le froid,
Le corps se réveille, la mine défaite.


M@dine (c) 2006
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Cauchemar de la vie quand tu nous tiens...c'est un texte très fort où l'on ressent la détresse et les rêves inachevésfort heureusement le printemps est réapparu même si tu connais encoredes tristesses... l'amour est làbelle journée à toi et de gros bisous là à toute la petite famille
Répondre
P
des moments entre l'ombre et la lumière....entre le jour et la nuit...entre le oui et le non...bonne nuit en passant
Répondre
S
tu as une écriture forte et belleje suis admirativej'espère que tout se passe bien pour toi, là où tu esplein de bisoussarah
Répondre