Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 13:08
-Allo Jo? fit une voix mûre.
-Non, ce n'est pas Jo, c'est Catherine! Il n'y a plus de Jo! Vous allez me dire maintenant à quoi rime tout se bordel, ce que je foutais dans cette ferme, à moitié dans les vapes? Et surtout, où puis-je récupérer ma fille?
-Mais qu'avez -vous fait de Jo? 
-Il n'a rien soyez sans crainte, il était un peu fatigué, ces bétises ne sont plus de son âge, et je l'ai, disons, aidé à se reposer. Maintenant je prends les choses en main. Bon, je répète, où est ma fille?
-Catherine, je crois que vous avez fait une belle connerie que de vous barrer seule. Fixons nous un rendez-vous et je vous en dirai plus sur cette affaire, vous ne vous souvenez vraiment pas de qui vous êtes visiblement?
-J'en ai rien à foutre de qui je suis connard! je te demande de me redonner ma fille, tout de suite ou je rentre chez moi et balance tout aux flics!
-Je te le déconseille, Catherine, ce serait une grave erreur.....Il en va de la vie de ta fille, enfin, je te dis ça comme ça, mais quand le boss va apprendre que tu  as planté Jo et son crétin d'associé comme ça, que tu t'es barrée....
-Et avec son arme en plus, n'oublies pas de mentionner ce détail à ton patron!
-Je te rappelle d'ici une heure, rejoins Aix, gares-toi au dépose-minute de la gare TGV, et attends mon appel. Je te donnerai les nouvelles instructions. On fait comme ça, Catherine? Surtout ne fais rien de fâcheux d'ici à notre rendez-vous, ça te va?
-Ok, j'y vais t'as intérêt d'être plus convainquant que tes deux lascars, ok?
-Ok. A tout à l'heure......je te le répète, pas de bétise, ni d'appel d'ici là.....Je te rappelle.

Pendant ce temps là, Jo et son acolyte appelait le grand patron, depuis une cabine publique. Ils avaient eu pour consigne d'attendre là, quelqu'un viendrait les récupérer, ordre leur avait été intimé de ne pas faire de vague d'ici là......
A l'intérieur de la station, la dame des caisses trouvait ces deux types qui venaient de se faire voler leur estafette plutôt douteux, puisqu'ils n'avaient pas l'air de réagir comme il se devait....Elle appela la gendarmerie.

Dix minutes après une 307 cc se gara devant la boutique de la station. A peu près au même moment une 406 breack bleue de la Gendarmerie Nationale en fit autant. Et tandis que les gendarmes se garaient, et que l'un d'entre eux faisaient patienter ses collègues à cause d'une cigarette attendue d'être fumée depuis trop longtemps, un individu au costume sombre entra dans la station. Il fit un signe de tête à Jo, qui le reconnut.
-Viens boire une cofé là-boa...lui dit-il dans un accent de l'est à couper au couteau.
-J'ai pas envie de "cofé" , je veux juste me barrer d'ici, je suis en préventive et il y a trois gendarmes dehors, au cas où tu ne les aurais pas vu du con!
-Moi pas demandé si toi tu voulais, moi dire que tu venir avec moi, diuscuter plan du patron là-boa....

Les deux hommes s'exécutèrent, et en se dirigeant vers le distributeur, continuaient de râler sur cette perte de  temps. Igor sortit de la poche de son costume Calvin Klein beige flambant neuf, une arme à feu munit d'un silencieux. Il l'appuya dans le creux des reins de Jo, qui s'effondra d'un seul coup, tandis que Igor l'aider à se poser sur une banquette, tout en lui glissant un journal dans la main pour faire croire que l'homme fraîchement refroidi avait eu une soudaine envie de dormir. Encore un de ces routiers de l'est, payé une misère à livrer des produits frais en traversant l' Europe en 48h, penseront  les gens autour. Deux secondes passèrent avant que le collègue de Jo ne s'affaisse dans une posture qui trahirait plus vite que celle de Jo qu'il s'était produit un drame horrible ici......Igor n'attendit guère plus longtemps avant de rejoindre son véhicule, et,  en croisant le gendarme qui éteignait sa cigarette dans le cendrier extérieur , il prit le temps de lui souhaiter une bonne journée, tout en maugréant sur le temps trop sec de cette belle journée d'automne. 
                                                                                                                                                 31
Partager cet article
Repost0

commentaires