Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 13:04
Il n'est pas très loin de quatorze heures, et le repas au Pizza Paï s'achève sur trois cafés.
-On est bien d'accord les garçons, je vous demande ce petit coup de main, parce que la direction des ventes est encore une fois à la ramasse et que ce magasin va droit au mur, si vous n'allez pas vous aussi votre petit coup de main là-bas....
-Oui, on a bien compris qu'en allant à Mantes la Jolie aider à l'ouverture demain, on serait super en retard sur notre taf, et le référencement des gammes de fin d'année, et que la terre s'en fiche bien.......Comme dirait Mitterrand : "Je m'en vais", chef!
Et au moment où Vincent se levait de table pour protester contre cette idée d'aller perdre deux journées précieuses, en cette périodes de préparatifs de prospectus de fin d'année, Etienne lança :
-C'est Valéry Giscard d'Estaing, pas Mitterrand, boubourse, va! t'es vraiment pas doué en histoire, toi, mon pote! T'as toujours cru savoir au moins une date de l'histoire de France, celle de l'invention de la bière en.....1664, bien entendu !
                                                                         *

Sur l'un des parkings payants de la gare TGV, Catherine fumait une cigarette....Ca faisait longtemps qu'elle en voulait une, et en avait "emprunté" une à une jeune fille, bien trop jeune pour se détruire les poumons, et réduire son espérance de vie, à son goût. Ca lui faisait 5mn d'espérance de gagner pour elle, tandis que Catherine en perdrait tout autant. Un an d'effort réduit à néant. mais le stress était plus fort que toutes les raisons. Elle attendait qu'un individu lui délivre enfin des nouvelles de sa fille, et lui indique la marche à suivre.
Une Porsche noire s'immobilisa à cent mètres de là où Catherine, adossée à un muret, achevait sa cigarette, jusqu'au mégot. Deux hommes la fixaient lourdement. Soudain son téléphone sonna.
-Etes-vous bien arrivée, Catherine?
-Oui, je suis là depuis cinq minutes, je vous attend, vous n'avez pas intérêt à me jouer un mauvais tour.....
-Nous arrivons Catherine, nous arrivons...
-Qui ça "Nous"? Putain, vous faîtes chier, vous n'avez pas intérêt à me la faire à l'envers!
-N'ayez crainte Catherine, nous sommes du même monde vous savez, celle des truands honnêtes!

Sur ces paroles, Catherine raccrocha, et les deux hommes continuèrent à la regarder fixement, pour la maintenir en pression.  Elle était sur le point de quitter les lieux, quand ils décidèrent de se rapprocher d'elle. La Porsche s'approcha alors, et on klaxonna. Catherine se retourna, puis la voiture de sport alla se garer, pour autant, personne ne semblait vouloir en descendre.
Catherine, exaspérée par cette mascarade, prit le parti d'aller à leur rencontre, n'en pouvant plus. La patience n'était pas son fort.

Au moment où la vitre s'abaissa, et alors que Catherine s'apprêtait à manifester sa colère auprès du conducteur du véhicule, un troisième homme vint de derrière, et la frappa d'un grand coup de cross de revolver sur la tête, et la portière arrière s'ouvrit. On l'installa sur la banquette avec le nouveau venu, et personne ne parla. La Porsche démarra alors en trombe. Puis, elle freina brusquement, à la hauteur de l'utilitaire abandonné par Catherine. Le troisième homme saisit les cléfs dans la poche de la veste de cette dernière et s'empara de la Wolkswagen. Les deux véhicules se suivaient et empruntèrent la route du Sud, direction Marseille.
                                                                                                                                                   32  
Partager cet article
Repost0

commentaires