Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 13:00

Les souvenirs brûlent mon ventre,
Ils hantent mon cerveau et entrent,
Laminer au couteau mon coeur
Diffusant, sans répis des images de bonheur
Quand nous vivions à deux heureux
Dans les prairies de Poligny, là-bas,
Sans se douter qu'un monde hideux,
Séparerait nos coeurs siamois.


Les souvenirs brûlent dans ma tête,
Me rappellent ces soirs de fête
L'heure des retours à la gare,

Et ton sourire un peu hagard

Je t'y vois me caresser la joue,

Et, ton parfum flotte encore chez moi,

Je te revois, penchée à mon cou,

Me susurrant : "J'ai envie de toi".


Ils me font devenir fou,
Fou d'espoir d'un nouveau "nous"
Que tu constates ton erreur
Que tu viennes épancher mes pleurs,
Ils me harcèlent jour et nuit,
Quand je te devine nue avec lui,
J'ai envie de déchirer ce coeur,
Afin qu'à jamais ils meurent....


Tes photos sont autant d'armes,
Récentes et si loin du drame,
Comment ris-tu à cet instant?
Tandis qu'existe cet homme troublant,
Qui t'as séparé de nous et de moi
Contraints de finir dans un carton,
Paradoxe entre moments d'émotions
Et ce vide aujourd'hui sans tes bras....
Les souvenirs de toi me hantent encore...... 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C


De gros bisous pour te souhaiter une bonne soirée



Répondre
A

alors madine, tu boudes tes amis bloggueurs mais bon noêl tout de même
bises


Répondre
L

Bonjour Madine

Tu te fais rare
J'espère que tu vas bien et que les fêtes sauront faire briller tes yeux
Amitié, bises, Lyly 




Répondre