Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 21:26
Dans la ville toute entière
Il faisait un froid ténébreux,
Sur les faubourgs brumeux,
Non loin d'un cimetière
Je n'avais plus que l'âme d'un vieux poète galeux,
La voix triste, je chantais, errant, frileux.

Une vaste prison me prends en étau
C'est une pyramide, un immense caveau
Je m'y voyais mort, dans la fausse commune,
Dans mon cimetière éclairé de la lune,
Le long de mes vers traînent mes remords
Qui s'acharnent sur moi, même mort.

Oublié de tout ce monde, l'humeur farouche
Je gise sur le sol, et la lune se couche,
Les journées sont lentes et boiteuses
Sous les lourds flocons de ces années neigeuses
Désormais je ne suis plus matière vivante
Dans cet granit entouré d'une vague immense
Celle des vers gluants et nombreux.

Mon esprit gémissant en proie aux longs ennuis
L'horizon nous verse un jour noir
Bien plus pénibles que toutes mes nuits
La pluie pleure ses immenses traînées,
Sur une peuplade muette d'infâmes araignées
 Au loin, les cloches sonnent en furie
Je suis mort, apatride, pour le restant de  ma vie.
Partager cet article
Repost0

commentaires