Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 22:19

Nous sommes des milliers de papa
A ne pas comprendre pourquoi,
On devrait vivre heureux à l'idée,
De voir grandir nos enfants sur carte SD.


Qu'importe ce que tu penses de moi
Penses à nos filles, veulent-elles cela?
Qu'importe ce que tu leur dis de moi!
Elles pleurent comme moi et n'y croient pas.
Nous souffrons tous, tu vois,
Nous souffrons tous les trois,
De ton triste choix.


Quelques milliers de Pères
Qui paieraient pour quelques heures,
Un sursis dans notre malheur,
Mais des mamans ne l'entendent pas.


Quelques milliers de papa,
A vouloir hurler haut et fort,

Qu'on ne veut pas de ce sort!
Sortilège d'une justice en laquelle on ne croit pas.


Qu'importe ce que tu penses de moi,
Penses à nos filles, veulent-elles cela?
Qu'importe ce que tu leur dis de moi,
Elles pleurent comme moi, et n'y croient pas.
Nous souffrons tous, tu vois
Nous souffrons tous les trois,
De ton triste choix.


Nous sommes des milliers de papa
Tristes à mourir de votre absence
A attendre votre adolescence,
Pour vous retrouver, je n'en doute pas.

_1128.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires