Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 16:36
Même les oiseaux ne chantent plus,
La ville est triste, les gens aussi,
Les rues bondées sont silencieuses,
Même les voitures ne font pas de bruit,
Le calme règne dans une ténébreuse,
Atmosphère de deuil, si j'avais su
Que ton absence serait si silencieuse.

Les heures passent, et je reste planté
Là, à me demander ce qui s'est passé?
C'est comme si une bombe atomique
Venait d'exploser dans ma vie,
Que je ne contrôle plus et que je fuis,
Comme si je ne sais quel esprit sadique
S'évertuait à me coller la guigne.


Pas un bruit dans la maternelle
Du quartier et chez les commerçants,
Journée morte, peu rassurante,
Lourd silence dans les ruelles,
Parachuté ici, chez les vivants,
Je sens une odeur omniprésente,
De souffre, de Chlore, d'explosion.
Et je déambule dans ce jour gris,
Sans comprendre ce qui s'est passé,
Juste constater mes larmes couler,
Me demander ce que je fous ici,
Planté là, marchant tout droit,
Et, avec dans le coeur ce froid,
Qui me glace, me pénètre, me fige
Comme si la vie s'était arrêtée.


Hélas, je reprends la route,
Vers d'autres lieux obscures
Pris en tenaille par les doutes,
Je remonte dans cette voiture,
Qui soudain s'écrase sur un mur
Mais l'accident ne me tue pas,
La mort, non plus ne m'aime pas.



Partager cet article
Repost0

commentaires

F
quand la mélancolie s'empare de tes mots ta plume pleure sur le poème et bien SI la mort t'aime puisqu'elle t'a rendu ta liberté !Bonne journée, je t'envoie un rayon de soleil pour sécher tes maux
Répondre
B
un triste poème pour un moment triste que j'espère passé.aujourd'hui il fait soleil profitons-en.bisous
Répondre
:
j'aurai aimé que la mort n'aime pas ceux que j'ai aimé. Très bonne soirée avec des bigs bises
Répondre
P
bonsoir Madine, un de ces poèmes qui font resurgir des émotions passées alors laisse les au moins s'en aller avec le temps et respire un bon coup....je te souhaite une douce nuit étoilée et paisible,bis
Répondre
L
Bonsoir Madine,Un poème de tes heures sombres ?Ben tant mieux qu'elle ne t'aime pas et elle n'a pas intérêt avant bien longtemps ! Bisous, Lyly 
Répondre