Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 14:35
PARTICIPATION AU CONCOURS MUSICO-POETIQUE DE DEBORAH:
La mélancolie
 http://oiseaulyre.over-blog.com/article-31862599.html


C'est cette force immobile
Qui ne nous laisse pas tranquille
Cette braise brûlante
Sur la poudrière de notre coeur
C'est ces peurs terrifiantes
Qui nous tenaillent à toute heure,
C'est l'impossibilité de te voir
C'est ces pleurs, seul, dans le noir,
Cette plaie qui fend le coeur,
Cette boule au fond de la gorge
La mélancolie.

C'est ce parfum sur ma veste
Abandonné comme un témoin
Des bribes du passé qu'il me reste,
De ces souvenirs emprunts
De toi, de tes yeux, de ton corps
C'est cette folie qui me dévore,
C'est ce vide dans mes yeux bleus,
Ce poids qui rend si malheureux,
La mélancolie.




C'est ce désespoir dans ma vie,
Tous ces moments que l'on avait construis,
Cette amertume coincée dans la bouche
L'envie de se laver le cerveau sous la douche,
Le goût de rien, pas même une autre,
C'est être un Jésus sans ses Apôtres,
Ce sont ces funestes idées accablantes
Qu'il n'y a plus de princesse charmante,
C'est cette idée de ne pouvoir finir vieux
Sans ta présence à mes côtés,
C'est ce mal qui me ronge ô mon Dieu,
Quand j'imagine que tu aies pu m'oublier.
La mélancolie.
Partager cet article
Repost0

commentaires