Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 15:03
Parce que ma peine est immense et intarrissable...et que je ne parviens pas à écrire ce soir sur toi, je remets ce texte du dernier jour où nous avons été côte à côte...

Tetxe d'introduction aux funérailles de mon père, église de Bondues Messe du Mardi 6 Janvier 2009, 9h15.

Mon cher Papa, je n'ai pas eu le temps de te dire au revoir, alors je t'écris cette missive du pays des vivants et je sais que Dieu te permettra de l'entendre.

Papa,
Comme nous tous ici, je suis effondré par ton départ, car nous n'imaginons pas nos vies sans toi. Pour moi, tu caractérisais la Force, le juste-Conseil, et le Courage. Tu as su le transmettre à chacun de tes enfants. Ton départ a été brutal, et il nous a surpris à l'aube de cette nouvelle année. Il va falloir apprendre à vivre ainsi désormais. 
"Dans la vie va, tout s'en va", disait ton ami Ferret.
Après douze années de combats incessants contre les cancers qui t'ont assaillis, tu t'es relevé de façon plus qu'improbable, défiant la maladie autant que la médecine. Dans ce combat qui te fit tant souffrir, tu as toujours conservé l'espoir et l'humour. En mon sens étais-tu exemplaire. Je me souviens d'un dimanche à table où tu disais, en apprenant une autre mauvaise nouvelle, " Je collectionne déjà les timbres, maintenant les cancers!". Pour moi, face à ces épreuves, tu as vraiment joué ton rôle de père fort et fier minimisant tout, et gardant toutes tes souffrances pour toi, dans l'unique objectif de nous préserver Maman, et nous 7. Pourtant, tu as souffert le martyre. Il est enfin venu le temps de cesser de combattre mon Papa. Et, nous avons tous pu constater que ton visage avait repris ses traits de jadis, bien avant tout ça...quand tu étais un homme bien vivant.

Je retiendrai de toi, ce que j'ai de mieux en moi aujourd'hui. Je retiendrai de toi, tes goûts politiques bien à gauche, la philatélie, les fleurs, notamment les rosiers grimpants. Je retiendrai de toi ton amour passionnel pour le football, et je suis persuadé que de là-haut, tu souriras quand les orages colorieront le pays de couleur sang et or. Je retiendrai de toi, ta passion pour l'opéra, qui a éveillé nos sens, et développé notre culture à tous, même si, écouter à l'âge de six ans Nabucco en entier le dimanche matin, et sans rien dire, ne fut pas chose aisée!!!

Depuis des années que je vadrouille pour le travail si loin de tes combats, chaque dimanche quand je revenais à Bondues, je faisais ma première halte chez toi et venais traditionnellement déposer un baiser sur ton front, et je retiendrai de toi ce visage qui s'éclairait alors.

Papa,
Je souffre tellement de ton silence, toi qui m'a tant donné, tant appris, que je me raccroche à l'unique pensée qu'aujourd'hui tu es enfin en paix, dans le repos éternel ; et je sais que de là-haut tu continueras à nous insuffler les directions à prendre dans nos vies. J'ai quand même ce regret immense pour faire partie des derniers de notre famille, avec ma petite soeur Magali, de n'avoir pas assez pu profiter de toi, et je devine que ces regrets sont partagés par l'ensemble de notre famille. Tu laisses orphelin une épouse qui a voué sa vie à toi, et tes soucis de santé, et des enfants et petits-enfants qui t'aimaient tant.


Papa,
nous avons conçu cette messe d'au-revoir à sept, pour toi, pour te dire que nous ne t'oublierons jamais.

M@dine .   Mardi 6/01/2009, église St Vaast Bondues.  


Partager cet article
Repost0

commentaires

carambaole 12/03/2010 11:15


Bonjour madine
Quand je visite un blog pour la 1er fois,j'aime à commencer sur le 1er sujet.
Un moment douloureux d'une vie ,que la perte d'un être fortement aimé .
Cela m'a ému d'autant plus que ma 1er épouse est partie d'un cancer du sein.
L'amour et le respect que j'avais pour mon épouse est toujours dans un coin de ma tête et du coeur,malgré que je suis remarié et les mêmes sentiments pour ma seconde épouse.
Je suis certain que ton papa est aussi bien casé dans un coin de ton coeur.
Toutes mes amitiés


MADINE 14/03/2010 13:07


Oui, mon père est là dans mon coeur, mais ma principale crainte est qu'il s'éloigne de ma tête, de mes souvenirs...Merci d'être entré dans mon univers.


evy 16/10/2009 22:38


c'est tres beau ta lettre elle me touche beaucoup...evy


MADINE 18/10/2009 17:49


Il m'arrive d ela relire, et de pleurer à n'en plus finir