Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je Ne Suis Personne

  • : 30 années d'écriture DAMIEN VERHEE 2020 aux origines de l'écriture
  • : Suivre l'actualités de l'écriture de DAMIEN VERHEE, romans, poésies, projets, chansons
  • Contact

Damien Vrhee

  • VERHEE D
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....
  • Je suis un homme du Nord, qui a promené sa plume aux quatre vents, assis au milieu des crocus, calepin en poche, tout devient sujet à la rédaction de Poèmes "Sncf"...qu'on écrit partout, en toute occasion, comme ça, en improvisant, en écrivant....et plus de 640 textes sont ainsi nés, jusqu'à aujourd'hui, à l'aube de 2018....ou un tournant se prépare mes amis....

Bientot mon 1er roman à paraître

Pour tous renseignements pour utiliser en musique un texte présent sur ces pages, contactez moi
Damien V.
06 50 83 87 89

Recherche

Vous Avez Loupe

15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 13:53

Je viens de m'engager avec NEALA qui a fait paraître un article (cf lien) où elle nous ressort d'outre-tombe des mots hors du temps, et hors d'usage pour le coup...Merci à elle de nous enrichir, et de me donner du fil à retordre pour me les ré-approprier ici...Un peu comme cela vient, mais vous connaissez mon style, j'écris ainsi, brut! A chaud!

 

LES MOTS PERDUS :                cliquez ici pour comprendre !

Dans ma réserve je vitupère
Du fond du magasin, on m'entend,
Je râle, allègrement, je vocifère
J'hurle contre la terre entière,
Peuplée d'une peuplade qui dégénère,
Celle de mes employés incompétents.
Je les écoute
vaticiner
Sur d'éventuelles primes
Mes pauvres chéris qui triment
Pour un maigre salaire à l'année!
Il y a pléthore de fainéants
Avec moult poils dans la main,
C'est à qui en fait le moins,
Ils feignent de ne pas voir
Le travail qui les attend,
C'est assez rare et surprenant
Qu'un sursaut de courage, va savoir
Vienne troubler leur torpeur
Sauf à tomber sur l'un d'entre eux,
Au tempéramment obséquieux,
Qui dans une outrageante hypocrisie
Vienne vous proposer son aide,
Sortant de sa farniente infinie
Au point que ses bras devenus raides
Aient du mal à suivre le mouvement,
Enfin, quand je dis qu'il m'aide
Il m'aide autant qu'une
bobèche
Aide à supporter la bougie d'une chandelle,
Je sais mes paroles sont un peu sèches,
Mais je suis éteint par une fatigue éternelle
Depuis que je les côtoie.

A
NEALA.....Dénicheuse de mots perdus....
A qui le tour d'utiliser ces bons vieux mots dans un texte?????   

Partager cet article
Repost0

commentaires